L'ONU s'inquiète des risques de refoulement vers leur pays de Nord-Coréens arrêtés au Viet Nam

20 novembre 2015

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit alarmé par des informations selon lesquelles neuf ressortissants nord-coréens, dont un bébé et un adolescent, ont été arrêtés en octobre au Viet Nam et expulsés vers la Chine, d'où ils pourraient être refoulés en Corée du Nord.

« Il y a des craintes qu'ils pourraient être – ou ont peut-être déjà été – rapatriés en République populaire et démocratique de Corée (RPDC), où ils risquent de subir de très graves violations de leurs droits humains », a déclaré une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors un point de presse.

Selon les informations disponibles, a poursuivi la porte-parole, les neuf Nord-Coréens, ainsi qu'un autre enfant de mère nord-coréenne et de père chinois, ont été arrêtés au Viet Nam le 22 octobre. Plusieurs jours plus tard, le groupe aurait été transféré à Dongxing, ville chinoise située à la frontière du Viet Nam. Le 17 novembre, le groupe serait arrivé à Shenyang, ville chinoise proche de la frontière de la Corée du Nord. Le groupe de neuf Nord-Coréens aurait depuis lors été transporté hors de la ville, tandis que l'autre enfant restait à Shenyang.

Le groupe serait escorté par les autorités chinoises et le lieu où il se trouve n'est pas connu. Cette séquence d'événements laisse fortement penser que le groupe court le risque imminent d'être refoulé en Corée du Nord et le HCDH est « très préoccupé » par la possibilité qu'il l'ait déjà été, a dit Mme Shamdasani.

Le rapport de 2014 de la Commission d'enquête sur les droits de l'homme en Corée du Nord indiquait que les personnes qui sont rapatriées de force en RPDC étaient communément soumises à des tortures, à des détentions arbitraires, à des exécutions sommaires, à des avortements forcés et à d'autres violences sexuelles.

« Nous exhortons les autorités chinoises et vietnamiennes à clarifier publiquement le sort de ces neuf ressortissants nord-coréens et nous exhortons tous les gouvernements concernés à s'abstenir de rapatrier de force des personnes qui ont fui la Corée du Nord », a déclaré la porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Dialogue intercoréen : Ban Ki-moon salue la réunion des familles séparées

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a applaudi mercredi la réunion des familles séparées pendant la guerre de Corée, qui a commencé le 20 octobre et se prolongera jusqu'au 26 octobre prochain.