Journée de l'enfance : l'ONU appelle à protéger les droits des enfants privés de liberté

20 novembre 2015

A l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a évoqué vendredi le sort des enfants privés de liberté et appelé les nations du monde à protéger leurs droits.

« Cette année, je voudrais insister sur l'importance de veiller à ce que les engagements pris par la communauté internationale à l'égard des enfants s'étendent à un groupe d'enfants qui est trop souvent oublié ou négligé : ceux qui sont privés de leur liberté », a dit le Secrétaire général dans un message.

La Journée mondiale de l'enfance vise à promouvoir le bien-être et les droits fondamentaux des enfants de la planète, en particulier ceux qui sont exposés à la pauvreté, aux conflits armés, à la discrimination et à l'exploitation. Célébrée tous les ans le 20 novembre, elle commémore le jour où l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention relative aux droits de l'enfant en 1989.

« Bien trop d'enfants sont détenus dans des prisons, des institutions psychiatriques ou d'autres lieux de détention. Certains enfants sont vulnérables parce qu'ils sont migrants, demandeurs d'asile, sans domicile fixe ou exploités par des organisations criminelles. Quelles que soient les circonstances, la Convention est formelle : la privation de liberté doit être une mesure de dernier ressort et durer le moins longtemps possible. Nous devons faire en sorte que l'intérêt supérieur de l'enfant soit privilégié, en prévenant la privation de liberté et en promouvant des solutions de substitution », a affirmé M. Ban.

Compte tenu de cette situation et en réponse à une demande de l'Assemblée générale, l'ONU prépare actuellement une étude mondiale qui vise à faire la lumière sur l'étendue du problème, sur les conditions de détention des enfants privés de liberté, ainsi que sur les moyens de protéger les droits de ce groupe de population, a indiqué M. Ban.

Cette étude recueillera les informations nécessaires, recensera les bonnes pratiques et aidera les pays à « prendre conscience de l'ampleur préoccupante du phénomène » et à élaborer des mesures pour y remédier. Une coalition d'intervenants relevant du système des Nations Unies a décidé de mutualiser ressources et expertise pour mener l'étude à bien. « Je souscris pleinement à cet effort et engage les États Membres à faire de même », a-t-il poursuivi.

Cette année, la Journée mondiale de l'enfance est célébrée alors que, nombre sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, 60 millions de personnes ont dû prendre la route de l'exode et près de la moitié de ces déplacés fuyant l'oppression, le terrorisme, la violence et d'autres atteintes aux droits de l'homme sont des enfants.

La célébration de la Journée mondiale intervient aussi au lendemain de l'adoption historique du Programme de développement durable, dont l'objectif est de mettre en place d'ici à 2030 des sociétés pacifiques, prospères et inclusives.

« La réalisation des objectifs de développement durable dépendra fortement de notre capacité de venir en aide aux enfants les plus vulnérables », a dit le Secrétaire général. « En cette Journée mondiale de l'enfance, réaffirmons notre engagement envers un avenir où les enfants ne sont pas laissés pour compte, en particulier ceux qui sont privés de liberté ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.