Somalie : l'ONU réclame davantage de soutien international pour améliorer les droits humains

17 novembre 2015

A l'issue d'une visite de cinq jours en Somalie, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic, a appelé mardi les partenaires internationaux de ce pays à accroître leur soutien au gouvernement fédéral somalien dans ses efforts pour faire progresser ces droits.

« Sans un soutien accru de la part des partenaires internationaux, les gains qui ont été réalisés par la Somalie dans la promotion et la protection des droits de l'homme sont menacés », a dit M. Simonovic lors d'une conférence de presse à Mogadiscio avant de quitter le pays.

Le Sous-Secrétaire général a noté que le gouvernement avait fait des progrès significatifs dans ses opérations contre la milice Al-Chabaab, dans la mise en œuvre de la feuille de route sur les droits de l'homme, dans la réforme des secteurs de la sécurité et de la justice, dans le processus de construction de l'Etat et dans les consultations sur un modèle électoral pour 2016.

« Malgré des défis persistants, il y a une amélioration significative de la situation en matière de sécurité en Somalie », a dit Ivan Simonovic.

Lors de ses rencontres avec des responsables du gouvernement, il a salué les progrès réalisés vers l'adoption d'une législation sur une Commission nationale des droits de l'homme et a demandé au Parlement de garantir l'indépendance de cette Commission.

Condamnant les nombreux abus commis par Al-Chabaab, M. Simonovic a souligné que la Somalie était toujours confrontée à une série de graves défis en matière de droits de l'homme.

A la lumière des récentes allégations de violations graves des droits de l'homme commises pendant les opérations militaires, il a appelé le gouvernement et toutes les forces de sécurité opérant en Somalie, y compris l'armée nationale somalienne, la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) et les autres forces étrangères à prendre des mesures efficaces pour prévenir et réprimer les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire.

« Les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire affectent la réputation et la crédibilité des forces de sécurité. Ces violations aliènent aussi la population qu'elles sont censées protéger, et ont donc un effet négatif sur la réussite ultime dans la lutte contre le terrorisme ", a-t-il dit.

Selon lui, surmonter le terrorisme en Somalie ne peut pas uniquement se faire par des moyens militaires. Il faut aussi traiter les causes profondes du terrorisme, notamment la pauvreté, la corruption et le manque de bonne gouvernance, le chômage, l'exclusion sociale et la marginalisation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.