L'UNESCO condamne les meurtres de deux citoyens journalistes syriens en Turquie

9 novembre 2015

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné lundi les meurtres de deux citoyens journalistes syriens dont les corps ont été retrouvés le 30 octobre dans la ville de Sanliurfa, dans le sud-est de la Turquie.

« Je condamne les meurtres d'Ibrahim Abdel Qader et de Fares Hammadi », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse. « Je demande aux autorités de veiller à une justice rapide pour ces crimes. Nous devons faire tout notre possible pour protéger les journalistes contre la violence des extrémistes qui sont prêts à recourir au meurtre pour supprimer le droit des gens à partager l'information ».

Ibrahim Abdel Qader, âgé de 20 ans, était le co-fondateur et directeur exécutif de 'Raqqa is being slaughtered silently' (Raqqa est massacrée en silence), un site d'actualités en ligne réalisé par des journalistes citoyens et des militants des droits humains à propos de la ville de Raqqa, en Syrie, qui est contrôlée par des extrémistes violents.

Fares Hammadi était quant à lui directeur de production à 'Eye on the homeland' (Regard sur la patrie), un collectif de médias syriens.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle à garantir le droit des journalistes à dire la vérité

A l'occasion de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé lundi à briser le cycle de l'impunité et garantir le droit des journalistes à dire la vérité, sans avoir à craindre ceux qui occupent des positions de pouvoir.