Burundi : le Conseil de sécurité s'inquiète de l'absence de dialogue entre les parties prenantes

28 octobre 2015

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est déclaré mercredi vivement préoccupé par l'insécurité croissante et la montée de la violence au Burundi, ainsi que par l'impasse politique persistante dans le pays caractérisée par l'absence de dialogue entre les parties prenantes.

Dans une déclaration de presse, le Conseil s'est dit profondément préoccupé par « la multiplication des violations et des atteintes aux droits de l'homme, y compris les exécutions extrajudiciaires, les actes de torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, les arrestations arbitraires et les détentions illégales ».

Les membres du Conseil ont noté avec une grande inquiétude « l'impunité qui règne, les assassinats quotidiens, les restrictions à l'exercice de la liberté d'expression, y compris pour les journalistes, et la dégradation continue de la situation humanitaire, plus de 200.000 Burundais ayant cherché refuge dans les pays voisins ».

Condamnant les actes de violence commis aussi bien par les forces de sécurité du gouvernement que par les groupes armés illégaux, le Conseil a appelé à ce que les auteurs de ces actes soient traduits en justice.

Le Conseil a rappelé qu'il importe de respecter la Constitution du Burundi ainsi que l'Accord de paix et de réconciliation d'Arusha pour le Burundi d'août 2000.

Il a exhorté tous les protagonistes à renoncer à la rébellion armée comme moyen de résoudre la crise en cours et a lancé un appel aux parties burundaises pour qu'elles amorcent un dialogue et épargnent de nouvelles souffrances au pays.

Le Conseil a rappelé l'importance de l'effort de médiation conduit par le Président de l'Ouganda, Yoweri Museveni, au nom de la Communauté d'Afrique de l'Est, avec l'aval de l'Union africaine. Il a exhorté le gouvernement burundais et toutes les parties à coopérer pleinement avec le Médiateur.

Le Conseil a en outre salué la décision prise par le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine d'accroitre le nombre d'observateurs des droits de l'homme et d'experts militaires déployés au Burundi. A ce titre, il a demandé au gouvernement burundais et aux autres parties prenantes de coopérer en vue de faciliter leur déploiement effectif immédiat et l'exécution de leur mandat.

Les membres du Conseil ont pris note de la décision de l'Union africaine d'imposer des sanctions ciblées, y compris l'interdiction de voyager et le gel des avoirs, à l'encontre de toute partie prenante burundaise dont les actes ou les propos concourent à perpétuer la violence et à entraver la recherche d'une solution.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki-moon discute de la situation au Burundi avec la Présidente de la Commission de l'Union africaine

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a discuté mardi au téléphone avec la Présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, de la situation au Burundi, la félicitant notamment de la décision prise le 17 octobre par son organisation.