Ban Ki-moon discute de la situation au Burundi avec la Présidente de la Commission de l'Union africaine

27 octobre 2015

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a discuté mardi au téléphone avec la Présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, de la situation au Burundi, la félicitant notamment de la décision prise le 17 octobre par son organisation.

Selon la presse, l'Union africaine a annoncé samedi 17 octobre le lancement d'une enquête sur les violations des droits de l'homme au Burundi. Elle a appelé à la mise en place de sanctions ciblées contre ceux qui contribuent à la montée continue de la violence. Une mission africaine doit également être prête à se déployer au Burundi pour éviter des violences généralisées.

« Le Secrétaire général s'est réjoui de la décision prise par le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine du 17 octobre dernier en réponse à l'impasse politique et à la détérioration de la situation sécuritaire au Burundi », a dit son porte-parole dans un compte rendu de la conversation.

M. Ban « a noté que cette approche globale et déterminée pourrait offrir au Burundi la possibilité de mettre un terme à la violence actuelle et de trouver une solution politique consensuelle sur la marche à suivre », a-t-il ajouté.

Lors de leur conversation téléphonique, le Secrétaire général a assuré la Présidente de la Commission de l'Union africaine que l'ONU était prête à fournir toute l'assistance nécessaire pour la mise en œuvre des mesures adoptées par les membres du Conseil de paix et de sécurité.

Vendredi dernier, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'était dit extrêmement préoccupé par la détérioration rapide de la situation sécuritaire et des droits de l'homme au Burundi.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : malgré le conflit, les réfugiés continuent d'arriver d'Afrique par bateau

Malgré la profonde crise humanitaire que connaît le Yémen en raison du conflit qui a éclaté en mars, près de 70.000 demandeurs d'asile et migrants, en provenance principalement d'Ethiopie et de Somalie, sont arrivés par bateau dans ce pays depuis le début de l'année, a indiqué mardi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).