La consommation de la viande rouge est probablement cancérogène, selon l'OMS

26 octobre 2015

La consommation de la viande rouge est probablement cancérogène pour l'homme, selon une évaluation publiée lundi par un groupe d'experts réunis par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l'agence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) spécialisée sur le cancer.

« Après avoir soigneusement examiné la littérature scientifique accumulée, un Groupe de travail de 22 experts venus de 10 pays différents, réuni par le Programme des monographies du CIRC, a classé la consommation de la viande rouge comme probablement cancérogène pour l'homme », a déclaré le CIRC dans un communiqué de presse.

« Cette association a principalement été observée pour ce qui concerne le cancer colorectal, mais d'autres associations ont également été observées pour les cancers du pancréas et de la prostate », a-t-il ajouté.

La viande rouge fait référence à tous les types de viande issus d'animaux comme le bœuf, le veau, le porc, l'agneau, le mouton, le cheval et la chèvre.

S'agissant de la viande transformée, le groupe d'experts l'a également classée comme cancérogène pour l'homme, « sur la base d'indications suffisantes selon lesquelles la consommation de viande transformée provoque le cancer colorectal chez l'homme ».

La consommation de viande varie considérablement entre les pays, de quelques pourcents de la population jusqu'à 100% des personnes consommant de la viande rouge, selon les pays, et des proportions légèrement inférieures pour ce qui est des produits carnés transformés.

Les experts ont conclu que chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée quotidiennement accroît le risque de cancer colorectal de 18%.

« Pour un individu, le risque de développer un cancer colorectal en raison de sa consommation de viande transformée reste faible, mais ce risque augmente avec la quantité de viande consommée », a expliqué le Dr Kurt Straif, chef du Programme des monographies du CIRC.

« Compte tenu du grand nombre de personnes qui consomment de la viande transformée, l'impact mondial sur l'incidence du cancer revêt une importance de santé publique », a-t-il ajouté.

Le Groupe de travail du CIRC a examiné plus de 800 études qui portaient sur l'association entre plus d'une douzaine de types de cancers différents et la consommation de viande rouge ou de viande transformée dans de nombreux pays et populations aux habitudes alimentaires diverses.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.