Afghanistan : l'ONU condamne une attaque meurtrière contre des experts des droits de l'homme

26 octobre 2015

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, et la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) ont condamné lundi le meurtre intentionnel de deux experts des droits de l'homme à Jalalabad.

« Un bus transportant du personnel de la Commission afghane indépendante des droits l'homme (AIHRC) a été frappé par un engin explosif tôt lundi matin à Jalalabad, une ville de l'est du pays. Deux membres de l'AIHRC ont été tués et six autres blessés. Personne n'a jusqu'à présent revendiqué la responsabilité de l'attaque », a indiqué M. Zeid dans un communiqué de presse, condamnant fermement cet acte, qu'il a qualifié de scandaleux.

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme a par ailleurs rappelé que l'AIHRC est l'une des institutions les plus importantes du pays.

« Depuis sa création en 2002, elle a fait de vaillants efforts pour surveiller et produire des rapports sur la situation des droits de l'homme en Afghanistan, dans le but d'améliorer la vie quotidienne de tous les Afghans, après des décennies de conflit et de violations », a déclaré M. Zeid, mentionnant les pressions émanant du gouvernement et de l'opposition auxquelles la Commission est régulièrement soumise dans l'exercice de son travail, souvent effectué dans des conditions difficiles et dangereuses.

« Cette attaque était, par conséquent, en premier lieu une attaque contre le peuple afghan. C'est une attaque lâche et répréhensible », a dénoncé le Haut-Commissaire, tout en espérant que l'AIHRC poursuive sa mission, avec le soutien de l'ONU.

De son côté, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Afghanistan et chef de la MANUA, Nicholas Haysom, a dénoncé l'atrocité de cette « attaque intentionnelle contre des personnes qui consacrent leur vie à protéger les droits des citoyens afghans ».

M. Haysom a déploré le climat de peur créé par de telles attaques, et a encouragé les autorités compétentes à mener rapidement une enquête approfondie et impartiale, ainsi qu'à fournir une protection adéquate aux défenseurs des droits de l'homme, activistes des droits des femmes, journalistes et organisations de la société civile.

Le chef de la MANUA a souligné que la prise pour cible délibérée de civils et l'utilisation aveugle d'explosifs dans des zones peuplées de civils constituent des violations du droit international humanitaire susceptibles de constituer des crimes de guerre.

M. Haysom a présenté au nom de la MANUA ses condoléances aux familles, amis et collègues de toutes les personnes tuées dans l'attaque et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : l'ONU s'inquiète des menaces proférées par les Talibans contre certains médias

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a exprimé mardi ses vives inquiétudes face aux récentes menaces proférées par les Talibans, qui ont qualifié certains médias locaux et leurs personnels de cibles potentielles.