République du Congo : Ban Ki-moon s'inquiète des violences à l'approche d'un référendum constitutionnel

22 octobre 2015

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit préoccupé mercredi soir par les tensions entre les partis de l'opposition et le gouvernement de la République du Congo concernant un projet de réforme constitutionnelle, qui sera soumis au référendum le 25 octobre.

Dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole, le chef de l'ONU a déclaré que « les informations concernant les dernières violences sont particulièrement inquiétantes ».

Selon la presse, la tension, qui était déjà vive à l'approche du référendum, est montée d'un cran après l'interdiction d'une manifestation dans la capitale contre le projet de réforme constitutionnelle. De violents heurts ont en outre provoqué la mort de plusieurs personnes lors d'affrontements entre forces de l'ordre et manifestants opposés au référendum constitutionnel.

M. Ban a encouragé toutes les parties concernées à choisir la voie d'un dialogue inclusif avant la tenue du référendum et à résoudre pacifiquement tout différend susceptible de voir le jour à l'approche de l'échéance du 25 octobre.

Le Secrétaire général a également appelé les autorités à garantir le droit de manifester pacifiquement.

Si elle était adoptée, cette réforme constitutionnelle permettrait notamment au Président de la République du Congo Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Congo se dit plus engagé que jamais dans son rôle de médiation en Centrafrique

Le Ministre des affaires étrangères de la République du Congo, Jean-Claude Gakosso, a souligné vendredi que son pays était plus que jamais engagé dans son rôle de médiation pour résoudre la crise en République centrafricaine.