Le chef des droits de l'homme de l'ONU appelle à améliorer la gouvernance de la migration

21 octobre 2015

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé mercredi les Etats membres à améliorer la gouvernance de la migration à l'échelle mondiale, en la fondant notamment sur les droits humains.

« Mon bureau a tenté par tous les moyens et à tous les niveaux, d'exhorter et d'aider les États à promouvoir et protéger le troisième pilier des Nations Unies : les droits de chaque être humain, qui sont au cœur du développement et de la paix », a déclaré M. Zeid à l'Assemblée générale de l'ONU, lors de la présentation du rapport annuel du Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) pour la période allant d'août 2014 à juillet 2015.

Entres autres priorités de défense des droits de l'homme du HCDH, le Haut-Commissaire a particulièrement insisté à cette occasion sur le besoin d'améliorer la gouvernance de la migration.

« Au cours de l'année écoulée, les crises humanitaires et les conflits ont engendré les pires déplacements de population depuis la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes confrontés à une crise de gouvernance de la migration à l'échelle mondiale et dans plusieurs régions », a déploré M. Zeid, ajoutant que des approches plus efficaces, fondées sur les droits de l'homme des personnes concernées, sont nécessaires d'urgence.

Entre autres réalisations du HCDH en la matière, le Haut-Commissaire a notamment cité la publication de Principes et directives concernant les droits de l'homme aux frontières internationales, qui définissent les critères d'une gouvernance des frontières basée sur les droits de l'homme.

Le HCDH, a-t-il affirmé, a systématiquement tenté d'introduire une perspective des droits de l'homme dans les débats nationaux, régionaux et mondiaux sur la migration, notamment au travers de formations dispensées à des hauts responsables clés et des militants de la société civile.

« En Asie et dans le Pacifique, notre personnel a suivi plusieurs questions persistantes des droits humains concernant les arrivées par bateau, y compris le trafic et la détention des migrants. En Amérique, nous sommes intervenus pour défendre les droits des migrants et d'autres personnes menacées de déportation », a-t-il ajouté, précisant qu'une nouvelle étude du HCDH sur les droits de l'homme des migrants en transit est en cours de réalisation.

M. Zeid a également mentionné le lancement d'un projet de formation du personnel de l'Union européenne chargé de lutter contre le trafic de migrant en Méditerranée, projet récemment approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Outre la question des réfugiés, le Haut-Commissaire a insisté sur la participation active du HCDH à la mise en œuvre du plan d'action 'Human Righs Up Front', qui a pour but de prévenir les violations graves des droits de l'homme au moyen d'un mécanisme d'alerte précoce.

M. Zeid a aussi rappelé l'initiative de restructuration du HCDH qu'il a lancée en mars dernier, afin d'améliorer son efficacité.

« Nous allons renforcer notre travail à New York pour mieux intégrer les droits humains dans les programmes de développement et de paix et de sécurité. Nous allons reformuler les rôles et les divisions au Siège, éliminer les postes redondants, consolider l'expertise thématique et soutenir plus efficacement les mécanismes des droits humains », a-t-il expliqué, tout en annonçant la création de huit centres régionaux qui permettront de rendre le HCDH plus opérationnel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.