L'efficacité du Conseil de sécurité suppose une modernisation continue de ses méthodes de travail, selon l'ONU

20 octobre 2015

Lors d'un débat du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'évolution de ses méthodes de travail, le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, a salué mardi l'évolution progressive de ces dernières dans le sens notamment d'une coordination plus efficace avec le Secrétariat de l'Organisation.

« Le Conseil de sécurité a adapté ses méthodes de travail au fil des ans, qu'il s'agisse de l'envoi régulier de délégations du Conseil sur le terrain, de l'organisation de dialogues interactifs ou de la conduite de débats thématiques ouverts », a salué M. Eliasson, ajoutant que le Secrétariat de l'ONU a toujours été et restera un partenaire essentiel du Conseil.

« Nous fournissons au Conseil des informations détaillées et, nous l'espérons, propices à la prise de décision sur un large éventail de questions à son ordre du jour », a poursuivi le Vice-Secrétaire général, ajoutant que le Secrétariat traduit les mandats donnés par le Conseil en opérations de la paix, missions politiques spéciales et groupes de suivi des sanctions sur le terrain.

« Dans la mesure où le Secrétariat facilite les délibérations quotidiennes du Conseil, cela suppose qu'il soit constamment au courant de ses pratiques et méthodes de travail », a affirmé M. Eliasson, tout en saluant le surcroît de transparence apporté par le Groupe de travail informel sur la documentation et autres questions de procédure, qui sert d'interface entre les deux organes.

Rentrant dans le détail des méthodes de travail du Conseil et de leur mise en œuvre par le Secrétariat, le Vice-Secrétaire général a souligné l'efficacité de l'utilisation de la mention 'sujets additionnels' afin de soulever des sujets de préoccupation entre les deux organes.

« Nous avons ainsi porté des questions importantes à l'attention du Conseil plus de 20 fois au cours des deux dernières années », s'est-il félicité.

M. Eliasson a aussi mentionné la pratique mensuelle établie par le Département des affaires politiques de l'ONU, consistant à informer les membres du Conseil sur les situations susceptibles de poser des menaces à la paix et à la sécurité.

« Des signaux d'alerte précoce pourraient jouer un rôle encore plus important pour empêcher des situations de se détériorer », a-t-il suggéré.

Le Vice-Secrétaire général a également noté le soutien actif du Secrétariat en faveur des visioconférences, qui permettent à des bureaux des Nations Unies de participer aux réunions du Conseil sans se rendre au Siège de l'Organisation.

« Le site Internet du Conseil présente désormais un bilan historique des activités et informations relatives à ses travaux, notamment concernant le calendrier des rapports et les prorogations de mandats », a en outre salué M. Eliasson, se disant ouvert à toute autre amélioration future proposée par le Conseil concernant ses méthodes de travail.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.