A Milan, plusieurs hauts responsables de l'ONU appellent à éradiquer la faim dans le monde

16 octobre 2015

A l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, plusieurs hauts responsables des Nations Unies, réunis vendredi lors d'une cérémonie à Milan Expo, ont appelé à accélérer les efforts pour éradiquer la faim dans le monde et améliorer les modalités de production et de consommation.

« La faim est plus qu'un manque de nourriture, c'est une terrible injustice », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans une allocution lors de l'évènement, qui était organisé dans la ville italienne pour célébrer la contribution de l'ONU à Milan Expo ainsi que le 70ème anniversaire de la création de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

« Nous sommes ici réunis pour créer un mouvement mondial en vue d'éliminer la faim. Nous devons nouer de nouveaux partenariats et instituer de meilleures façons de travailler », a-t-il poursuivi.

Le chef de l'ONU a par ailleurs insisté sur l'ampleur des pertes et gaspillages alimentaires estimés à environ un tiers de toute la nourriture produite dans le monde.

« Chacun sait que le gaspillage est une honte », a déploré le Secrétaire général.

Egalement présent lors de la cérémonie, le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a remercié tous les agriculteurs, pêcheurs, forestiers et autres travailleurs du secteur alimentaire pour leur contribution au « résultat formidable » qu'ils ont atteint en augmentant la production de nourriture pour tous, alors même que la population mondiale a triplé depuis 1945.

M. Graziano da Silva a dévoilé les principaux fondements d'un programme d'action pour aider les centaines de millions de personnes qui souffrent toujours de sous-alimentation dans le monde.

« En premier lieu, nous devons faire en sorte que la plus grande offre de nourriture se traduise rapidement en une meilleure nutrition pour tous. Deuxièmement, il nous faut accélérer la transition de la production et de la consommation vers des systèmes alimentaires véritablement durables », a souligné le Directeur général à l'ouverture de la cérémonie, à laquelle assistaient également le Président de la République italienne, Sergio Mattarella, le Président de la République de Slovénie, Borut Pahor, et la Reine Letizia d'Espagne, Ambassadrice spéciale de la FAO pour la nutrition.

« Imaginez la nuit de 2030 où aucun enfant, aucune femme et aucun homme n'ira se coucher affamé », a quant à elle déclaré la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Ertharin Cousin.

« À partir de maintenant, chacun de nous doit se lever, s'impliquer et faire sa part pour apporter les changements qui nous permettrons d'atteindre l'objectif faim zéro d'ici 2030 », a appelé la Directrice exécutive du PAM.

Parmi les autres orateurs à cet évènement figuraient également les Ministres italiens des affaires étrangères et de l'agriculture, le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Kanayo F. Nwanze, et le maire de Milan, Giuliano Pisapia.

Dans un message rendu public pour la Journée, le Secrétaire général de l'ONU a par ailleurs appelé vendredi les individus et les Etats du monde entier à mettre en œuvre des systèmes alimentaires non exclusifs, résilients et viables.

« La façon dont nous décidons de cultiver, de traiter, de distribuer et de consommer nos produits alimentaires a d'importantes conséquences pour les êtres humains et l'environnement et est déterminante pour la prospérité et la paix », a déclaré M. Ban, insistant sur le fait que l'éradication rapide de la faim conditionnera la réalisation d'ici à 2030 de tous les Objectifs de développement durable (ODD) adoptés le mois dernier par les dirigeants mondiaux.

Dans le cadre de l'ODD numéro 2, intitulé 'Faim zéro', les Etats se sont engagés à éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable, a rappelé le chef de l'ONU, précisant toutefois que d'importantes avancées ont été réalisées depuis 2002, notamment la réduction de moitié de la proportion mondiale de personnes sous-alimentées.

« Malgré ces progrès, dans un monde où près d'un tiers des denrées alimentaires produites sont perdues ou gaspillées et où nous produisons suffisamment pour nourrir toute la planète, presque 800 millions de personnes souffrent encore de la faim », a déploré le Secrétaire général.

Le thème de la Journée mondiale de l'alimentation 2015, 'Protection sociale et agriculture : rompre le cercle vicieux de la pauvreté dans les zones rurales', met en lumière le rôle crucial que jouent les transferts monétaires, l'assurance maladie, les régimes de retraite et les autres programmes de protection sociale pour permettre aux personnes vulnérables de mieux gérer les risques et de s'assurer des moyens de subsistance satisfaisants.

« Pour mettre en place des systèmes alimentaires sans exclusive, résilients et viables à long terme, il est nécessaire de donner des moyens d'action aux agricultrices, d'offrir des perspectives aux jeunes et d'investir dans les petites exploitations agricoles », a ajouté le chef de l'ONU, insistant sur le fait que l'élimination de la faim est la responsabilité de tous.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La FAO salue l'engagement de plus de 100 villes à lutter contre la faim

Les villes ont un rôle clé à jouer pour éliminer la faim dans le monde et améliorer la nutrition, a affirmé jeudi le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, saluant l'engagement pris par plus de 100 villes à travers le monde de rendre les systèmes alimentaires en milieu urbain plus équitables et durables.