Burundi : l'ONU a besoin de 32 millions de dollars pour faire face aux besoins humanitaires

13 octobre 2015

L'ONU et ses partenaires ont déclaré mardi avoir besoin de 32 millions de dollars pour faire face à la crise humanitaire au Burundi qui est confronté à sa plus grave crise politique depuis la fin de la guerre civile après la décision controversée du Président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat.

Cet argent doit permettre de venir en aide à environ 500.000 personnes, dont 400.000 à l'intérieur du pays, a précisé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans un communiqué de presse.

Selon le Coordonnateur résident des Nations Unies au Burundi, au lieu de consolider « la paix et la stabilité fragile que le Burundi a connu au cours des dernières années, ces récentes élections semblent avoir polarisé davantage les acteurs politiques et plongé le pays dans une nouvelle incertitude ».

Le 1er août 2015, un groupe de personnalités de l'opposition burundaise, notamment des anciens chefs d'Etat, se sont rencontrés à Addis-Abeba, en Ethiopie, et ont décidé de mettre en place un Conseil national pour le respect de l'Accord d'Arusha et la restauration de l'état de droit (RNAREC). Le groupe a élu Léonard Nyangoma comme chef.

Selon OCHA et l'équipe-pays des Nations Unies au Burundi, « étant donné le risque que la crise se poursuive et s'aggrave, les agences humanitaires au Burundi ont révisé leur plan pour s'assurer que des mesures adéquates soient mises en place pour aider à sauver des vies et soulager les souffrances grâce à la fourniture d'une assistance et d'une protection aux personnes dans le besoin ».

« Lorsque la situation politique et sécuritaire s'améliorera, les partenaires sont également déterminés à rétablir l'autosuffisance grâce à des activités de récupération ciblant les personnes les plus vulnérables pour les aider à renforcer leur résilience aux chocs et construire les bases de solutions durables », ont-ils ajouté.

Cet argent doit permettre de venir en aide à environ 500.000 personnes, dont 400.000 à l'intérieur du pays, a précisé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans un communiqué de presse.

Selon le Coordonnateur résident des Nations Unies au Burundi, au lieu de consolider « la paix et la stabilité fragile que le Burundi a connu au cours des dernières années, ces récentes élections semblent avoir polarisé davantage les acteurs politiques et plongé le pays dans une nouvelle incertitude ».

Le 1er août 2015, un groupe de personnalités de l'opposition burundaise, notamment des anciens chefs d'Etat, se sont rencontrés à Addis-Abeba, en Ethiopie, et ont décidé de mettre en place un Conseil national pour le respect de l'Accord d'Arusha et la restauration de l'état de droit (RNAREC). Le groupe a élu Léonard Nyangoma comme chef.

Selon OCHA et l'équipe-pays des Nations Unies au Burundi, « étant donné le risque que la crise se poursuive et s'aggrave, les agences humanitaires au Burundi ont révisé leur plan pour s'assurer que des mesures adéquates soient mises en place pour aider à sauver des vies et soulager les souffrances grâce à la fourniture d'une assistance et d'une protection aux personnes dans le besoin ».

« Lorsque la situation politique et sécuritaire s'améliorera, les partenaires sont également déterminés à rétablir l'autosuffisance grâce à des activités de récupération ciblant les personnes les plus vulnérables pour les aider à renforcer leur résilience aux chocs et construire les bases de solutions durables », ont-ils ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Burundi affirme avoir entamé une phase de dialogue après les élections

Le Deuxième Vice-Président du Burundi, Joseph Butore, a déclaré jeudi que son pays venait d'ouvrir une phase de dialogue politique faisant suite aux élections qui se sont déroulées cet été dans un contexte de crise.