La Fondation L'Oréal et l'UNESCO publient le palmarès 2016 de leur Prix pour les Femmes et la Science

5 octobre 2015

Le 18ème Prix L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science 2016 a été attribué à cinq scientifiques, dont un duo de chercheuses pour leur collaboration sur les techniques de manipulation du génome humain, a annoncé l'Organisation onusienne pour l'éducation, la science et la culture.

La Fondation L'Oréal et l'UNESCO publient le palmarès 2016 de leur Prix pour les Femmes et la Science

Les cinq lauréates ont été sélectionnées, sur proposition de plus de 2.600 scientifiques de premier plan dans le monde, par un jury international indépendant de 13 personnalités reconnues de la communauté scientifique internationale. Le jury était présidé par le Pr. Elizabeth Blackburn, lauréate du Prix L'Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2008, Prix Nobel de Physiologie ou Médecine 2009 et première femme à présider ce jury.

Les cinq femmes scientifiques seront récompensées le 24 mars dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne à Paris. Chaque lauréate recevra un prix de 100.000 € pour sa contribution aux progrès de la science.

Dans un communiqué, la Fondation L'Oréal et l'UNESCO se sont déclarées fières de distinguer, pour la première fois dans l'histoire du Prix, un duo de chercheuses, le Pr. Emmanuelle Charpentier et le Pr. Jennifer Doudna, dans le cadre de leur collaboration sur les techniques de manipulation du génome. « Cette distinction inédite démontre que la collaboration dans le domaine scientifique est cruciale pour l'innovation. La spécialisation croissante des disciplines scientifiques et la complexité de plus en plus grande de la recherche encouragent les scientifiques à collaborer et à travailler en réseau », déclare le communiqué.

Le palmarès du prix 2016 l'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science est le suivant :

EUROPE

Professeur Emmanuelle CHARPENTIER

Professeur, Institut Max Planck de biologie des infections, Berlin, Allemagne

Sciences biologiques / Biologie moléculaire

« Pour sa découverte, en collaboration avec le Professeur Jennifer Doudna, d'un mécanisme moléculaire révolutionnaire qui permet de ' réécrire ' le génome, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux traitements contre les maladies génétiques ».

AMERIQUE DU NORD

Professeur Jennifer DOUDNA

Professeur, Institut médical Howard Hughes, Département de biologie moléculaire et cellulaire, Université de Californie, Berkeley, Etats-Unis d'Amérique

Sciences biologiques / Biologie moléculaire

« Pour sa découverte, en collaboration avec le Professeur Emmanuelle Charpentier, d'un mécanisme moléculaire révolutionnaire qui permet de 'réécrire' le génome, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux traitements contre les maladies génétiques ».

AFRIQUE ET ETATS ARABES

Professeur Quarraisha ABDOOL KARIM

Professeur, CAPRISA, Faculté de médecine Nelson R Mandela, Université du KwaZulu-Natal, Afrique du Sud

Médecine et Sciences de la santé / Santé des femmes

« Pour sa remarquable contribution à la prévention et au traitement du VIH et des infections associées, améliorant considérablement la qualité de vie des femmes en Afrique ».

ASIE / PACIFIQUE

Professeur Hualan CHEN

Professeur, Institut de recherches vétérinaires, Académie chinoise des sciences de l'agriculture, Harbin, Chine

Sciences biologiques / Sciences vétérinaires

« Pour ses recherches exceptionnelles sur la biologie des virus de la grippe aviaire, ayant conduit au développement et à l'utilisation de vaccins efficaces ».

AMERIQUE LATINE

Professeur Andrea GAMARNIK

Professeur, Laboratoire de virologie moléculaire, Fundación Instituto Leloir, CONICET, Buenos Aires, Argentine

Sciences biologiques / Virologie

« Pour ses découvertes majeures sur la façon dont les virus transmis par les moustiques se reproduisent et causent des maladies, et plus particulièrement le virus de la dengue ».

Pour le Pr. Blackburn, « les travaux des lauréates du Prix 2016 ont apporté une vision extraordinaire et parfois des solutions immédiates à des questions de santé humaine, telles que le VIH, la grippe aviaire ou la dengue, et ont révolutionné les techniques de manipulation du génome en permettant de faire de la 'chirurgie' de grande précision sur l'ADN pour réécrire le code génétique. Leurs parcours sont exceptionnels, leurs travaux sont totalement inédits et appartiennent au meilleur de la recherche. »

De nombreux progrès restent à faire pour que la parité devienne une réalité dans le domaine de la science. Seulement 30% des chercheurs dans le monde sont des femmes et de nombreux freins et obstacles découragent encore les jeunes femmes de poursuivre une carrière scientifique. Créé pour mettre à l'honneur des femmes scientifiques éminentes, le programme L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science a distingué depuis 18 ans 92 Lauréates, dont deux sont devenues Prix Nobel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A l'occasion du 60ème anniversaire du CERN, l'ONU célèbre le rôle de la science en faveur de la paix

A l'occasion d'une manifestation pour célébrer le 60ème anniversaire de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) au siège des Nations Unies à New York, plusieurs hauts responsables onusiens ont souligné lundi le rôle crucial de la science pour résoudre les défis les plus pressants auxquels est confronté le monde.