Afghanistan : Ban Ki-moon se joint à la condamnation des frappes aériennes à Kunduz

4 octobre 2015

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné fermement les frappes aériennes à Kunduz, en Afghanistan, qui ont tué et blessé du personnel médical et des patients à l'hôpital de Médecins sans Frontières (MSF), samedi 3 octobre.

« Le Secrétaire général rappelle que les hôpitaux et le personnel médical sont explicitement protégés par le droit international humanitaire. Il appelle à une enquête approfondie et impartiale sur l'attaque afin que les responsables rendent des comptes », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée samedi soir.

Le chef de l'ONU a rappelé que l'oganisation non gouvernementale Médecins sans Frontières gérait le seul hôpital de Kunduz dans des conditions extrêmement difficiles. Il a salué « le courage et le dévouement » des employés de l'ONG et présenté ses plus sincères condoléances aux familles des personnes tuées et blessées dans cette attaque.

Plusieurs autres responsables des Nations Unies ont condamné les frappes aériennes contre l'hôpital de Kunduz, dont le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, et le Représentant spécial du Secrétaire général en Afghanistan, Nicholas Haysom.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : l'ONU condamne une frappe aérienne sur un hôpital à Kunduz

Plusieurs hauts responsables des Nations Unies ont condamné samedi le raid aérien qui a frappé la nuit précédente un hôpital à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, faisant plusieurs morts et blessés.