La Syrie déclare lutter contre des terroristes soutenus de l'étranger

2 octobre 2015

Le Vice-Premier ministre syrien, ministre des affaires étrangères et des expatriés, Walid Moualem, a présenté vendredi la situation en Syrie comme se résumant à une lutte de son gouvernement contre le terrorisme soutenu par des pays étrangers.

Dans son discours devant la 70ème Assemblée générale de l'ONU, M. Moualem a affirmé que son pays poursuivrait « sa lutte contre le terrorisme » et que l'armée syrienne était « capable de nettoyer le pays de ces terroristes ».

« Le terrorisme de Da'ech-EIIL, du Front a1-Nosrah et d'autres organisations affiliées à A1-Qaïda, tue des innocents, capture des femmes et tire des obus de mortier sur des civils », a-t-il dit.

Il a reproché à la communauté internationale de « ne pas mettre en œuvre » les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité sur la lutte contre le terrorisme, pendant que « sur le terrain, les pays qui financent, parrainent et soutiennent le terrorisme continuent d'alimenter l'extrémisme dans la région. Ces pays continuent d'armer, d'entraîner et d'envoyer des terroristes en Syrie », a-t-il affirmé.

« Il est du devoir de la communauté internationale de stopper ce flux de terroristes se rendant en Syrie en provenance de cent pays, selon les chiffres des Nations Unies, afin de créer un caliphat qui, comme vous le savez, ne se limitera pas à la Syrie ou à l'Iraq », a affirmé le ministre syrien.

M. Moualem s'en est pris, sans les nommer, aux pays « qui répandent jusqu'en Europe une idéologie extrémiste » qui « ne connaît pas de frontières ».

« Comment des pays développés, gouvernés par des élections et des parlements, peuvent-ils être alliés de pays qui n'ont pas de parlements et ne reconnaissent pas une moitié active de la société représentée par les femmes ? », a-t-il demandé, dans une allusion voilée à l'Arabie Saoudite et à certains pays du Golfe.

La Syrie, a-t-il poursuivi, « n'a jamais cessé de plaider pour une solution politique basée sur notre vision, qui s'est révélée correcte, selon laquelle la lutte contre le terrorisme est la priorité ».

Le terrorisme, a encore dit le ministre syrien, « ne peut pas être combattu seulement dans les airs ». « Les frappes aériennes sont inutiles, sauf si elles sont coordonnées avec l'armée syrienne », a-t-il continué.

« L'annonce du début de frappes aériennes russes, à la demande du gouvernement syrien et en coordination avec lui, constitue une participation effective aux efforts syriens pour lutter contre le terrorisme », a affirmé M. Moualem.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : l'ONU plaide pour une transition politique basée sur le Communiqué de Genève

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mercredi le Conseil de sécurité à soutenir les efforts de l'ONU visant à promouvoir en Syrie une transition politique basée sur le Communiqué de Genève et a promis d'autre part un Plan d'action pour lutter contre l'extrémisme violent.