Le Président du Sénégal appelle à lutter contre les flux financiers illicites en Afrique

29 septembre 2015

Le Président du Sénégal, Macky Sall, a appelé lundi soir la communauté internationale à lutter contre les flux financiers illicites qui font chaque année perdre à l'Afrique des milliards de dollars.

Dans son discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies, M. Sall a appelé les Etats à lutter contre les flux financiers illicites coûtent chaque année à l'Afrique entre 30 à 60 milliards de dollars, « un préjudice supérieur au montant de l'aide publique au développement », a-t-il souligné.

Le Président du Sénégal a ainsi estimé que « si l'Afrique percevait la juste rémunération de ses ressources, et si elle recouvrait seulement l'équivalent de 17% de ses avoirs frauduleusement placés à l'étranger, elle pourrait solder la totalité de sa dette et financer, par elle-même, ses besoins de développement ».

Au nom du respect de la pluralité des cultures et de l'égale dignité de toutes les civilisations, M. Sall a par ailleurs appelé à un élargissement du Conseil de sécurité de l'ONU afin de le rendre plus représentatif.

Il a précisé à cet égard que le Sénégal est candidat à un poste de membre non permanent du Conseil et a réaffirmé son attachement à la position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité, conformément au Consensus d'Ezulwini.

M. Sall a également plaidé en faveur d'une réforme de la gouvernance économique et financière mondiale, notamment l'assouplissement des règles d'accès au crédit, afin de mettre fin au « paradoxe des ressources disponibles, mais non accessibles ».

En tant que Président de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), M. Sall a témoigné de l'attachement de la CEDEAO à l'Accord de paix au Mali, dans le respect de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale du pays. Il a aussi souhaité une transition réussie au Burkina Faso et la stabilité institutionnelle en Guinée Bissau.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Burkina Faso : l'ONU condamne les violences et appelle à la retenue

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, continue de suivre avec beaucoup de préoccupation la situation au Burkina Faso et condamne les violences contre les civils qui auraient fait plusieurs morts et blessés, a dit lundi son porte-parole.