Burkina Faso : Ban Ki-moon appelle les parties à agir dans l'intérêt du pays

28 septembre 2015

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé instamment lundi toutes les parties prenantes nationales au Burkina Faso à agir de manière responsable et à faire preuve de retenue dans le règlement de la crise actuelle.

Après une tentative de coup d'Etat dans le pays, qui a duré une semaine, le Président Michel Kafando et les autorités de transition avaient été rétablis le 24 septembre.

Selon la presse, en dépit de cette réinstallation, les soldats de la garde présidentielle responsables du coup d'Etat ont refusé de rendre les armes, comme il le leur avait été demandé par les autorités de transition le 25 septembre.

Dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole, M. Ban a demandé aux parties de travailler « dans les meilleurs intérêts du pays ». En particulier, il a exhorté les membres du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) et les forces armées nationales à respecter les termes de l'accord qu'ils ont signé le 22 septembre dernier.

Le Secrétaire général a encouragé les autorités de transition « à intensifier les efforts en vue de la tenue rapide d'élections présidentielles et législatives pour permettre le retour de l'ordre constitutionnel au Burkina Faso ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, « continuera à travailler en étroite collaboration avec les partenaires régionaux et internationaux pour soutenir les autorités nationales dans le cadre des préparatifs à des élections pacifiques et transparentes », a dit le porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.