L'ONU condamne la réponse de la Hongrie à la crise des réfugiés

17 septembre 2015

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, s'est dit consterné jeudi par l'attitude des autorités hongroises à l'égard des réfugiés et migrants qui tentent actuellement d'entrer dans le pays.

« Les images de femmes et de jeunes enfants agressés à l'aide de gaz lacrymogènes et de canons à eau à la frontière hongroise avec la Serbie sont profondément choquantes », a déclaré M. Zeid dans un communiqué de presse. « Je suis consterné par les mesures insensibles et parfois illégales prises par les autorités hongroises ces derniers jours, y compris leur décision de refuser de laisser entrer, d'arrêter, de rejeter sommairement et de renvoyer les réfugiés ».

Le gouvernement hongrois a en effet érigé une clôture le long de sa frontière avec la Serbie et fermé les points de passage, tandis qu'une nouvelle loi criminalisant les entrées irrégulières dans le pays a pris effet ce mardi.

La Hongrie aurait aussi commencé à renvoyer des réfugiés vers la Serbie dans le cadre de procédures qualifiées par le Haut-Commissaire d'« extrêmement sommaires ». La Hongrie envisage également de construire de nouvelles clôtures le long de ses autres frontières avec la Roumanie et la Croatie.

« Lundi, le Premier ministre hongrois Victor Orban a défendu ces mesures, évoquant la 'défense de notre style de vie' et ses différences avec l'Islam », a rappelé M. Zeid, avant de déplorer cette vision xénophobe et antimusulmane.

Selon lui, la série de mesures adoptées dans la nuit de lundi à mardi par le gouvernement du pays est incompatible avec les engagements légalement contraignants qu'a pris la Hongrie en matière de droits de l'homme.

« Demander l'asile n'est pas un crime et entrer dans un pays de manière irrégulière ne l'est pas davantage », a précisé le Haut-Commissaire.

M. Zeid a par ailleurs exhorté les institutions européennes à résoudre l'impasse actuelle dans laquelle elles se trouvent sur la question des réfugiés et à prendre des mesures fermes pour répondre à la crise en Hongrie et ailleurs en Europe.

« Les événements actuels démontrent le besoin urgent de politiques migratoires et d'asile plus audacieuses et davantage orientées vers les droits de l'homme en Europe », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Crise des réfugiés : Ban Ki-moon appelle à venir en aide aux hommes, femmes et enfants qui fuient la guerre

Alors que l'Europe est confrontée à une arrivée massive de réfugiés et de migrants, en provenance notamment de Syrie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mercredi à venir en aide à ces personnes qui fuient la guerre et les persécutions.