Le HCR décerne le Prix Nansen pour les réfugiés à une enseignante afghane

15 septembre 2015

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a décerné mardi le Prix Nansen 2015 pour les réfugiés à l'enseignante afghane Aqeela Asifi, qui a consacré sa vie à apporter une éducation aux filles afghanes réfugiées au Pakistan.

« Aqeela Asifi, 49 ans, est reconnue pour son dévouement courageux et inlassable au service de l'éducation des filles afghanes réfugiées dans le village de réfugiés de Kot Chandana, à Mianwali, au Pakistan – alors qu'elle est elle-même confrontée aux affres de l'exil », a salué la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'un point de presse à Genève.

Malgré des ressources très limitées et des barrières culturelles importantes, a-t-elle ajouté, la lauréate 2015 de la prestigieuse distinction Nansen a été en mesure de fournir d'année en année une éducation primaire à près de 1.000 filles réfugiées afghanes.

L'Afghanistan constitue la plus grande crise de réfugiés prolongée dans le monde, a par ailleurs rappelé Mme Fleming, indiquant que plus de 2,6 millions d'Afghans vivent actuellement en exil, dont plus de la moitié sont des enfants.

Bien que les enfants réfugiés soient autorisés à fréquenter les écoles pakistanaises locales, le HCR estime qu'environ 80% d'entre eux sont déscolarisés.

En conséquence, seulement 33% des réfugiés afghans au Pakistan sont en mesure de lire et d'écrire. Selon l'agence, le taux d'alphabétisation des femmes et des filles réfugiées est encore plus faible et avoisine les 7,6%.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU s'inquiète de l'aggravation de l'insécurité alimentaire en Afghanistan

En Afghanistan, le nombre de personnes recourant à la vente de leurs terres ou dépendant de l'aide de leur famille ou de connaissances pour lutter contre la détérioration de l'insécurité alimentaire a doublé l'année dernière, selon un rapport diffusé jeudi par des agences de l'ONU et leurs partenaires.