L'ONU célèbre la Journée contre les essais nucléaires et réclame l'entrée en vigueur du Traité d'interdiction

10 septembre 2015

Les Nations Unies ont célébré jeudi la Journée internationale contre les essais nucléaires, l'occasion pour des responsables de l'Organisation d'appeler une nouvelle fois à l'entrée en vigueur du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICEN) qui a été ratifié pour l'instant par 164 Etats membres.

« Depuis le premier essai au Nouveau-Mexique il y a soixante-dix ans, le monde a subi plus de deux mille essais nucléaires. Ces tests ont ravagé des environnements vierges et des populations locales à travers le monde. Beaucoup d'entre eux ne se sont jamais remis du legs des essais nucléaires, notamment les eaux souterraines empoisonnées, le cancer, les malformations congénitales et les retombées radioactives », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors d'une réunion informelle de l'Assemblée générale des Nations Unies célébrant cette Journée.

« La meilleure façon d'honorer les victimes des essais effectués dans le passé est de les empêcher à l'avenir », a-t-il ajouté.

La Journée internationale contre les essais nucléaires est officiellement célébrée le 29 août de chaque année. Le TICEN, qui a été ouvert à la signature il y a 19 ans, n'est toujours pas entré en vigueur.

« L'entrée en vigueur du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires est un élément indispensable » pour arriver à l'objectif « d'un monde exempt d'armes nucléaires », a insisté M. Ban.

Le chef de l'ONU s'est félicité des moratoires volontaires sur les essais décidés par de nombreux Etats détenteurs de l'arme nucléaire. « Mais ces moratoires ne sont pas un substitut à l'entrée en vigueur du TICEN. Les trois essais nucléaires par la République populaire démocratique de Corée en sont la preuve », a-t-il noté.

A l'occasion de cette célébration de la Journée internationale, le Secrétaire général a donc une nouvelle fois demandé aux Etats qui ne l'ont pas fait de signer et de ratifier le Traité, « en particulier les huit qui sont nécessaires pour son entrée en vigueur : la Chine, la République populaire démocratique de Corée, l'Egypte, l'Inde, l'Iran, Israël, le Pakistan et les Etats-Unis ».

« Les Nations Unies, qui travaillent avec le Comité préparatoire pour le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, continuent d'être prêtes à apporter une assistance », a ajouté Ban Ki-moon.

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Sam Kutesa, a également souligné « combien il était important et urgent d'arriver à l'entrée en vigueur du TICEN sans nouveaux retards ».

« J'encourage les Etats membres, en collaboration avec la société civile, le monde universitaire et les médias, à intensifier leurs efforts pour mettre fin aux essais d'armes nucléaires et réaliser l'objectif d'un monde exempt d'armes nucléaires », a dit M. Kutesa dans un discours.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.