L'ONU salue l'ouverture du procès de Bosco Ntaganda à La Haye

2 septembre 2015

La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Zainab Hawa Bangura, a salué l'ouverture mercredi du procès d'un ancien chef militaire de la République démocratique du Congo (L'ONU salue l'ouverture du procès de Bosco Ntaganda à La Haye) au siège de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye.

La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Zainab Hawa Bangura, a salué l'ouverture mercredi du procès d'un ancien chef militaire de la République démocratique du Congo (RDC) au siège de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye.

Bosco Ntaganda, l'ancien chef d'état-major général adjoint des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), la branche armée de l' Union des Patriotes congolais, est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de 5 chefs de crimes contre l'humanité qui auraient été commis entre août 2002 et décembre 2003 dans le cadre d'un conflit armé en Ituri, dans le nord-est de la RDC. Parmi ces chefs d'inculpation figurent notamment le viol et l'esclavage sexuel.

« Ce procès devrait faire l'effet d'une piqure de rappel à tous les autres chefs militaires accusés d'actes similaires et démontrer que si la justice peut être retardée, elle ne sera pas entravée », a salué Mme Bangura.

L'ouverture de ce procès est une victoire pour les survivants des attaques sauvages qui auraient été perpétrées sous la direction militaire de M. Ntaganda et pour les familles de ces survivants et les défenseurs des droits humains qui se battent en leur nom, a ajouté la Représentante spéciale.

« Je tiens à féliciter la Procureure Fatou Bensouda et la CPI pour s'être saisies de cette importante affaire, et à féliciter aussi tous ceux qui ont contribué à traduire Bosco Ntaganda en justice », a-t-elle déclaré.

Le temps que durera le procès, Mme Bangura a appelé à soutenir et protéger les victimes, les témoins et les experts qui y prendront part.

« Leur courage et leur détermination à obtenir justice est une source d'inspiration pour nous au sein de la communauté internationale, alors que nous continuons à lutter ensemble pour éradiquer la violence sexuelle dans les conflits », a affirmé la Représentante spéciale.

A cet égard, Mme Bangura s'est félicitée de la décision prise jeudi par un tribunal militaire de la RDC de poursuivre 18 soldats et agents de police pour meurtres et viols dans le cadre de crimes commis à Kasindi, Mbau, Nobili et Kamango, des localités de la province orientale du Nord-Kivu.

« Je prie instamment le Gouvernement de la République démocratique du Congo d'assurer la pleine mise en œuvre du plan d'action des forces armées contre les violences sexuelles, de traduire systématiquement les coupables en justice et de réparer les victimes », a conclu la Représentante spéciale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l'ONU entend accélérer la neutralisation des groupes armés

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation en République démocratique du Congo (RDC), le Représentant spécial du Secrétaire général pour le pays, Martin Kobler, a salué mardi les avancées récentes en matière de lutte contre les groupes armés, dont la menace continue cependant de peser lourdement sur la population.