Soudan : des experts de l'ONU appellent à mettre fin aux châtiments corporels infligés aux femmes

28 août 2015

Quatre experts des droits de l'homme de l'ONU ont exhorté vendredi le Soudan à annuler la condamnation jugée scandaleuse de deux jeunes étudiantes pour « tenue indécente », dont l'une d'entre elles à recevoir des coups de fouet.

Dans un communiqué de presse conjoint rendu public à Genève, en Suisse, Eleonora Zielinska, Dubravka Simonovic, Aristide Nononsi et Juan E. Méndez ont fait part aux autorités soudanaises de leur profonde préoccupation face à la législation en vigueur dans le pays autorisant à infliger des châtiments corporels aux femmes, notamment en cas de « tenue indécente », en dépit des conséquences dévastatrices de cette pratique sur leur intégrité physique et psychologique.

Le 25 juin 2015, la police soudanaise a arrêté 12 étudiantes âgées de 17 à 23 ans à Khartoum-Nord. Au moment de leur arrestation, certaines d'entre elles portaient des pantalons et d'autres des jupes, ont rapporté les quatre experts.

Selon la presse, la police a alors soumis les étudiantes à un traitement dégradant et humiliant, en faisant notamment usage de violence verbale au cours de leur détention. Dix d'entre elles ont été accusées de port de « tenue indécente ». Selon la loi soudanaise, toute personne accusée d'un tel « crime » est passible d'une condamnation à 40 coups de fouet et /ou d'une amende, une loi en pratique uniquement appliquée aux femmes.

Le 16 août dernier, l'une des 10 jeunes filles, Ferdous Al Toum, a été condamnée à recevoir 20 coups de fouet ainsi qu'à une amende de 500 livres soudanaises (83 dollars). Le 14 juillet, une autre étudiante arrêtée, Rehab Omer Kakoum avait quant à elle été condamnée à une amende de 500 livres soudanaises. Les deux jeunes filles ont fait appel de ces condamnations, mais aucune date n'a pour l'instant été fixée concernant leurs futurs procès, ont précisé les experts des droits de l'homme.

« Cette condamnation scandaleuse doit être annulée et les filles doivent être immédiatement libérées. Nous appelons le gouvernement soudanais à abroger toute loi discriminatoire basée sur le sexe et à se conformer aux normes internationales », ont exhorté les experts de l'ONU.

« Il est nécessaire de combattre la discrimination, les abus, la torture, l'oppression et le dénigrement contre les femmes dans le pays », ont ajouté les experts. « Nous exhortons le gouvernement du Soudan à mettre fin à ces graves violations des droits de l'homme des femmes ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle l'Arabie saoudite à cesser la flagellation d'un blogueur

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé jeudi l'Arabie Saoudite à cesser la flagellation du blogueur Raif Badawi, qui a reçu 50 coups de fouet en public vendredi dernier et devait être fouetté à nouveau vendredi et chaque vendredi jusqu'à ce que sa condamnation à une peine de 1.000 coups de fouet soit entièrement purgée.