L'UNICEF se mobilise pour protéger les enfants migrants à la frontière gréco-macédonienne

26 août 2015

Face au nombre croissant de migrants fuyant la violence dans leurs pays d'origine à destination de l'Europe, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a annoncé la mise en place d'un espace pour les enfants assorti d'une équipe mobile à la frontière gréco-macédonienne.

Alors que des milliers de migrants et réfugiés, pour la plupart originaires de Syrie, continuent de franchir la frontière entre la Grèce, où ils arrivent par voie de mer en provenance de la Turquie, et l'ex-République yougoslave de Macédoine, l'UNICEF a indiqué dans un communiqué de presse qu'un espace pour les enfants est désormais disponible au poste-frontière macédonien de Gevgelija.

Cette annonce fait notamment suite aux incidents survenus vendredi 21 et samedi 22 août, où des milliers de migrants bloqués suite à la décision des autorités macédoniennes de fermer la frontière du pays avec la Grèce avaient tenté de forcer le passage en direction de Gevgelija. Depuis lors, la situation est revenue au calme selon l'ONU, alors que 10.000 personnes auraient traversé l'ex-République yougoslave de Macédoine depuis samedi soir après avoir pris le bus ou le train à Gevgelija en direction de la Serbie et de l'Europe occidentale.

L'espace pour les enfants de Gevgelija a été créé sur un site de repos pour migrants du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Une équipe mobile de l'ONG locale La Strada contribue à réunir les enfants qui auraient été séparés de leurs familles lors du passage de la frontière et à leur fournir un soutien psychosocial.

« L'espace constitue un lieu sûr où les enfants peuvent se reposer et jouer en attendant de parachever les procédures d'enregistrement de leurs familles », a expliqué l'UNICEF, soulignant que l'équipe mobile procède également à l'identification et à la prise en charge des enfants ayant besoin de services spécialisés de protection.

Au cours des dernier mois, a indiqué l'UNICEF, le nombre de migrants transitant par le pays est passé de 1.500 à 2.000 par jour, dont environ 30% sont des femmes et enfants fuyant les conflits en Syrie, en Iraq et en Afghanistan.

« Les risques les plus importants concernent les enfants de migrants voyageant seuls, sans parents ni membres de leur famille », a précisé l'agence de l'ONU, ajoutant que ces derniers risquent de sombrer dans la clandestinité au sein des pays de transit et d'accueil, quand leur vie n'est pas directement mise en danger par les pratiques de détention et de contrôle aux frontières des pays européens.

L'UNICEF a par conséquent exhorté les autorités concernées à reconnaître, prendre en charge et protéger tous les enfants migrants, quels que soient leur statut juridique, leur religion ou leurs affiliations.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.