Centrafrique : l'UNICEF apporte son aide à la jeune fille qui aurait été violée par un Casque bleu

17 août 2015

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a indiqué lundi avoir pris contact avec la jeune fille qui aurait été violée par un Casque bleu en République centrafricaine pour lui apporter une assistance médicale et psychologique.

« Nos collègues de l'UNICEF en République centrafricaine ont rencontré la jeune fille qui aurait été violée par un policier des Nations Unies. Tout en respectant l'intégrité de l'enquête sur cet incident, il est clair que cet enfant a subi une épreuve très brutale », a dit le Directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake, dans un communiqué de presse.

« Nous lui offrons, à elle et à sa famille, toute l'aide possible, y compris une assistance médicale, un soutien pour faire face à l'impact psychologique de l'agression, et des conseils juridiques », a-t-il ajouté. « Notre espoir est que le processus de guérison pour cette jeune fille puisse commencer maintenant. Il est également important que sa vie privée soit respectée afin qu'elle ne souffre pas davantage ».

De son côté, la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a déclaré lundi qu'elle était déterminée à enquêter pleinement sur toutes les allégations d'exploitation et d'abus sexuels par ses troupes dans le pays et à faire en sorte que les responsables de tels actes rendent des comptes.

Les enquêtes sont en cours et les informations collectées par les sections des droits de l'homme et de protection de l'enfance, ainsi que par la police et la Mission de l'ONU ont été remises au Bureau des services de contrôle interne de l'ONU, a précisé une porte-parole de l'ONU à New York.

La MINUSCA a réitéré sa détermination à mettre en œuvre la politique du Secrétaire général visant à une tolérance zéro en matière d'exploitation et d'abus sexuels par son personnel.

L'organisation Amnesty International a affirmé la semaine dernière que des Casques bleus de l'ONU ont tué un adolescent de 16 ans et son père, et ont violé une fillette âgée de 12 ans en République centrafricaine. Ces nouvelles allégations d'abus sexuels par des Casques bleus dans ce pays ont conduit à la démission du chef de la MINUSCA, Babacar Gaye.

Lors d'une réunion par vidéoconférence jeudi avec les chefs de missions de maintien de la paix, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, leur a rappelé la tolérance zéro de l'Organisation en ce qui concerne les abus sexuels.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de l'ONU rappelle aux chefs de mission la tolérance zéro en matière d'abus sexuels

A la suite de nouvelles allégations d'abus sexuels par des Casques bleus en République centrafricaine, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé jeudi aux chefs des missions de maintien de la paix la tolérance zéro de l'Organisation en ce qui concerne les abus sexuels.