Centrafrique : Ban Ki-moon condamne la mort d'un Casque bleu de la MINUSCA à Bangui

2 août 2015

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné dimanche soir la mort d'un Casque bleu camerounais de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), tué dans des échanges de tir dans la matinée à Bangui.

Des Casques bleus de la MINUSCA ont été attaqués par un groupe armé au cours d'une opération visant à interpeller un individu suspecté de crimes, suite à l'émission d'un mandat par le Procureur de la République de Bangui, a déclaré M. Ban dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole. Un Casque bleu a été tué et huit autres blessés durant cette attaque, a-t-il précisé, ajoutant que trois suspects ont été interpellés par la MINUSCA au cours de l'opération.

Le Secrétaire général a vivement déploré la conduite de telles attaques contre des soldats de la paix des Nations Unies et a demandé à ce que leurs auteurs soient rapidement traduits en justice.

Le chef de l'ONU a lancé un appel à tous les groupes armés afin qu'ils respectent l'impartialité de la MINUSCA.

M. Ban a réitéré l'engagement des Nations Unies à soutenir les autorités de la République centrafricaine dans leur lutte contre la criminalité et l'impunité, conformément au mandat de la MINUSCA et dans les zones où la Mission de l'ONU est présente.

Le Secrétaire général a présenté ses condoléances à la famille du défunt ainsi qu'au gouvernement et au peuple du Cameroun. Il a en outre souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : l'ONU condamne une attaque meurtrière contre un convoi d'aide humanitaire du PAM

Le Coordonnateur humanitaire intérimaire, Marc Vandenberghe et toute la communauté humanitaire en République centrafricaine ont vivement condamné mercredi une attaque contre un convoi de vivres du Programme alimentaire mondial (PAM) le 18 juillet, à 20 km de Baboua au nord-ouest du pays.