L'UNESCO et l'Iraq lancent un projet visant à conserver le site du patrimoine mondial de Samarra

29 juillet 2015

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et l'Iraq ont signé mercredi un accord pour la conservation et la gestion du site du patrimoine mondial de la ville archéologique de Samarra.

Ce projet débutera par la restauration de la Grande mosquée et du minaret Al-Malwiyah du site de Samarra, qui figure sur la liste du patrimoine mondial en péril depuis 2007, a précisé l'UNESCO dans un communiqué de presse.

L'accord a été signé au siège de l'agence onusienne à Paris par le Ministre d'Etat du gouvernorat et des affaires parlementaires d'Iraq, Ahmed Abdullah Abed Abed, le Vice-gouverneur de Salah-Al-Din, Ammar Hikmeit Abdulhasan, et la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova.

« Lorsque des extrémistes cherchent à détruire la culture et persécuter les personnes pour des motifs culturels et religieux, nous devons répondre par plus de culture, plus de connaissance, plus de mesures de protection et c'est précisément ce à quoi nous nous employons aujourd'hui », a déclaré Mme Bokova lors de la cérémonie de signature.

De son côté, Ahmed Abdullah Abed Abed a décrit le site de Samarra comme « l'un des lieux les plus emblématiques de la civilisation islamique » et a déclaré que sa préservation était un élément important de la lutte contre le terrorisme à l'œuvre en Iraq.

« Le terrorisme auquel nous sommes confrontés constitue une grave menace pour notre pays et pour tous ses sites culturels. Le terrorisme n'est plus limité à un seul pays, il peut frapper n'importe qui, n'importe où », a-t-il mis en garde.

La première phase du projet s'étendra sur 18 mois et le gouvernorat de Salah-Al-Din financera le projet à hauteur de 853.000 dollars.

Selon l'UNESCO, la ville archéologique de Samarra présente les vestiges d'une ville islamique emblématique qui fut pendant une grande partie du IXème siècle la capitale de l'Empire abbasside, qui s'étendait de la Tunisie à l'Asie centrale. La ville est située sur les berges du Tigre, à 130 km au nord de Bagdad. Elle témoigne d'innovations architecturales et artistiques qui s'y sont développées et se sont répandues dans les autres régions du monde islamique et au-delà.

La Grande Mosquée et son minaret en spirale, datant du IXème siècle, est l'un des nombreux monuments remarquables de ce site archéologique d'une très large superficie dont 80% reste à mettre au jour, a déclaré l'UNESCO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO appelle à sauver les sites culturels pris pour cible

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a appelé dimanche la communauté internationale à se mobiliser contre la menace nouvelle que représentent l'extrémisme violent et le nettoyage culturel.