Iraq : l'ONU dénonce la répression violente contre les civils tentant de fuir les zones contrôlées par l'EIIL

28 juillet 2015

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a dénoncé mardi la répression violente qui viserait des civils iraquiens tentant de fuir les zones contrôlées par l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL), notamment dans les montagnes de Hamrin, au nord-est du pays.

« Un nombre croissant de personnes tentent de fuir et entreprennent un voyage très difficile à partir de districts comme ceux de Shirqat et de Hawija à travers les montagnes de Hamrin et en direction de Tikrit, Al-Alam et Kirkouk », a expliqué une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

« Les membres d'au moins quatre familles, dont des enfants et des personnes âgées, seraient morts plus tôt ce mois-ci après avoir tenté le voyage sans guide et avec peu de vivres. Selon des sources, le voyage prend entre 8 et 12 heures par temps très chaud à travers des zones inhabitées, sans signalisation ou routes pavées », a-t-elle ajouté.

D'après les informations reçues par le HCDH, des hommes armés de l'EIIL ont également commencé à tendre des embuscades aux personnes qui fuient et à les abattre, a encore dit la porte-parole. Trois chauffeurs de taxi auraient ainsi été exécutés entre le 10 et le 12 juillet à Shirqat pour avoir prétendument aidé des habitants à traverser les montagnes de Hamrin. D'autres informations indiquent que de nombreuses autres familles auraient été enlevées par l'EIIL en route vers Tikrit et Al-Alam.

Selon le HCDH, l'EIIL continue également de s'attaquer violemment à ceux qu'il considère comme s'opposant à son idéologie et à son autorité.

« Le 20 juillet, par exemple, l'EIIL aurait tué publiquement un imam dans l'ouest de Mossoul suite à une décision par un tribunal autoproclamé. L'imam avait été enlevé le 17 juillet pour avoir critiqué l'EIIL. Le 13 juillet, quatre imams du sous-district de Qayyara auraient été exécutés pour avoir mené des prières non autorisées par l'EIIL. Le 10 juillet, l'EIIL aurait tué neuf personnes dans le centre de Mossoul en les écrasant avec un bulldozer. Selon une station de radio, elles auraient été mises à mort pour avoir fourni des informations et collaboré avec les forces de sécurité iraquiennes et les Peshmergas », a expliqué Mme Shamdasani.

Le HCDH a également noté un nombre croissant de victimes civiles à travers le pays en raison d'attaques à la voiture piégée et de l'utilisation d'engins explosifs improvisés.

« Toute attaque directe intentionnelle contre des civils est considérée comme une violation grave du droit international humanitaire. Toutes les parties doivent veiller à ce que les civils soient protégés, qu'ils aient librement accès à des services médicaux et à de l'aide humanitaire, et qu'ils soient en mesure de quitter les zones touchées par la violence – en toute sécurité et avec dignité », a dit la porte-parole du HCDH.

De son côté, la Coordonnatrice humanitaire pour l'Iraq, Lise Grande, a salué mardi la contribution de 10 millions de dollars fournie par le gouvernement du Japon pour l'assistance en Iraq.

Plus de 8 millions de personnes à travers le pays, soit près d'un quart de la population, ont besoin actuellement d'une forme d'assistance humanitaire. Ce chiffre devrait approcher les 10 millions d'ici la fin de l'année, selon les partenaires humanitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : l'ONU appelle les autorités à réformer le pays pour renforcer son unité

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Iraq, Ján Kubis, a appelé mercredi les autorités iraquiennes à entreprendre les réformes nécessaires pour renforcer la cohésion du pays, sous la menace persistante de l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL).