A Srebrenica, le Vice-Secrétaire général de l'ONU participe à l'hommage aux victimes du génocide

11 juillet 2015

Lors d'une cérémonie samedi à Srebrenica commémorant le génocide de milliers de musulmans bosniaques il y a vingt ans, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a rendu hommage aux victimes et réitéré la solidarité de l'Organisation à leurs familles.

“Aujourd'hui, nous rendons hommage au courage et à la dignité de tous ceux qui sont confrontés aux images indicibles du carnage d'il y a vingt ans”, a dit M. Eliasson dans un discours lors de cette cérémonie organisée à Srebrenica. “Nous nous engageons une nouvelle fois à ce que toute la vérité soit connue. La recherche des disparus continuera. Justice sera rendue pour les crimes commis”.

En juillet 1995, plus de 8.000 hommes et adolescents musulmans bosniaques ont été assassinés par des unités de l'Armée de la République serbe de Bosnie sous le commandement du général Ratko Mladic.

Le Vice-Secrétaire général de l'ONU a rappelé que l'ONU n'avait pas réussi à protéger la population de Srebrenica. “Cela nous hantera pour toujours. Cela nous a affecté profondément et cela a modifié, de nombreuses manières, notre manière de travailler”, a-t-il dit.

Selon lui, avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, la communauté internationale “a affirmé que l'ère de l'impunité était terminée” Mais il a souhaité que davantage soit fait pour qu'un tel génocide ne se reproduise pas, citant les tragédies actuelles en Syrie, en Iraq, au Soudan du Sud, au Yémen et ailleurs.

“Nous avons encore beaucoup de leçons à tirer”, a ajouté M. Eliasson.

“Nous devons défendre et être à la hauteur des valeurs de la Charte des Nations Unies. Nous devons renforcer l'action humanitaire à travers le monde. Nous devons respecter la responsabilité de protéger. Nous devons agir au premier signe de violence, aux premiers avertissements concernant des atrocités”, a-t-il encore dit.

Selon la presse, la cérémonie à Srebrenica a été marquée par des incidents au cours desquels le Premier ministre serbe, Aleksandar Vucic, a été conspué et visé par des jets de pierres, le contraignant à quitter le mémorial.

Dans un communiqué de presse, le Vice-Secrétaire général de l'ONU a condamné “cet acte de violence déplorable” auquel il a lui-même assisté.

“Cet incident ne doit pas nous distraire de ce que nous devons tirer comme leçon de Srebrenica. Les génocides ne doivent plus jamais se reproduire”, a ajouté M. Eliasson.

Mercredi, un projet de résolution présenté par le Royaume-Uni condamnant « le crime de génocide commis à Srebrenica » a été rejeté par le Conseil de sécurité de l'ONU en raison du veto de la Russie. Selon la presse, la Russie a estimé que ce texte accusait de manière injuste les Serbes de Bosnie et a rejeté cette qualification de génocide.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Bosnie : la Russie bloque une résolution sur Srebrenica au Conseil de sécurité

Vingt ans après le génocide de Srebrenica en Bosnie, des responsables des Nations Unies ont rappelé mercredi, lors d'une réunion du Conseil de sécurité, combien l'Organisation restait hantée par son incapacité à prévenir cette catastrophe et ont souligné la nécessité de continuer à en tirer les leçons.