Un groupe d'experts juge nécessaire des réformes à l'OMS après Ebola

7 juillet 2015

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a salué mardi le rapport publié par un groupe d'experts qui juge nécessaire des réformes au sein de l'agence onusienne afin de remédier aux défaillances constatées lors de l'épidémie d'Ebola l'an dernier.

Selon, le groupe d'experts, cette épidémie a révélé de profondes lacunes au sein de l'OMS et il faut que l'agence rétablisse à l'avenir sa prééminence en tant que garant de la santé publique au niveau mondial.

La Directrice générale de l'agence, Dr Margaret Chan, avait établi ce groupe d'experts suite à l'adoption en janvier 2015 d'une résolution par le conseil exécutif de l'OMS réclamant une évaluation indépendante de tous les aspects de la réponse de l'agence à l'épidémie d'Ebola.

S'agissant de la réglementation sanitaire internationale, les experts estiment que celle-ci doit être renforcée, notamment concernant les maladies infectieuses. Ils suggèrent d'établir un niveau intermédiaire d'alerte pour déclencher l'alarme plus tôt.

Dans une déclaration à la presse publiée après la publication du rapport, l'OMS a indiqué qu'elle réunirait en août 2015 le Comité d'évaluation des réglementations sanitaires internationales pour discuter des recommandations du groupe d'experts.

Concernant la capacité de l'OMS à répondre aux urgences sanitaires, les experts estiment que l'agence doit être celle qui prend la tête de la réponse mais que cela nécessite de régler rapidement un certain nombre de problèmes organisationnels et financiers.

L'OMS a indiqué qu'elle prenait déjà en compte les recommandations des experts dans ce domaine, notamment en ce qui concerne le développement d'un groupe d'employés spécialisés dans les urgences sanitaires et d'un fond d'urgence.

S'agissant de la coopération de l'OMS avec les autres structures sanitaires et humanitaires, les experts ont estimé que cette coopération avait démarré tardivement et que notamment le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires(OCHA) et d'autres agences onusiennes auraient dû être impliqués plus tôt et plus fortement. L'OMS a reconnu qu'une meilleure réponse intégrée était nécessaire à l'avenir.

L'OMS a rappelé que l'épidémie d'Ebola se poursuivait en Afrique de l'Ouest et que des méthodes de travail améliorées étaient mises en place à mesure qu'elles étaient développées.

« Il faudra encore plusieurs mois de travail acharné pour mettre fin à l'épidémie et éviter qu'elle se propage dans d'autres pays », a précisé l'agence.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ebola : l'ONU appelle à rester mobilisé jusqu'à l'éradication totale de l'épidémie

A l'occasion d'une réunion de l'Assemblée générale sur Ebola, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé la communauté internationale à rester mobilisée jusqu'à l'éradication totale de l'épidémie et a annoncé la convocation en juillet d'une Conférence internationale sur le relèvement des pays affectés afin de mobiliser des ressources supplémentaires.