Darfour : le Conseil de sécurité proroge d'un an le mandat de la MINUAD

29 juin 2015

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi à l'unanimité une résolution qui proroge le mandat de l'Opération de l'Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) jusqu'au 30 juin 2016 et maintient le niveau actuel de ses effectifs militaires et de police.

Dans cette résolution, le Conseil fait part de sa profonde préoccupation face à « l'aggravation sensible de l'insécurité au Darfour depuis le début de l'année 2015 et ses lourdes conséquences pour les populations civiles, en particulier les femmes et les enfants ».

Les membres du Conseil attribuent cette dégradation de la situation sur le terrain à une « intensification marquée des hostilités opposant les forces gouvernementales aux groupes armés rebelles » et à la « multiplication des conflits intercommunautaires motivés par l'occupation de la terre, l'accès aux ressources, les questions de migration et les rivalités tribales, dont certains impliquant des unités paramilitaires et des milices tribales, et par la montée de la criminalité et du banditisme ciblant la population locale ».

« Compte tenu de l'absence de progrès dans la réalisation des objectifs fixés et de la grave détérioration des conditions de sécurité », la résolution du Conseil maintient les priorités stratégiques de la MINUAD, à savoir principalement « la protection des civils » et « la facilitation de l'acheminement de l'aide humanitaire ».

Le Conseil décide ainsi de proroger jusqu'au 30 juin 2016 le mandat de la MINUAD, dont les effectifs compteront « au maximum 15.845 militaires, 1.583 policiers et 13 unités de police constituées comprenant au maximum 140 hommes chacune ».

En outre, les membres du Conseil exigent que les groupes armés non signataires s'abstiennent de faire obstacle à la mise en œuvre du Document de Doha pour la paix au Darfour, en vertu duquel le gouvernement soudanais et les autres signataires se sont engagés à assurer l'accès sans entrave des secours humanitaires aux populations dans le besoin et à garantir à la MINUAD, dans l'exercice de son mandat, « une liberté de circulation totale partout au Darfour et à tout moment ».

Le Conseil demande que toutes les parties au conflit du Darfour, en particulier tous les groupes armés non signataires du Document de Doha et les autres groupes, mettent fin immédiatement à tous les actes de violence et s'engagent à respecter un cessez-le-feu durable afin d'apporter une paix stable et durable dans la région.

Les 15 membres appelle par ailleurs dans cette résolution à ce qu'un terme soit mis d'urgence aux affrontements intertribaux, à la criminalité et au banditisme qui touchent les civils.

Ils exigent en outre de toutes les parties au Darfour qu'elles mettent fin immédiatement aux attaques contre les civils, les soldats de la paix et le personnel humanitaire et respectent les obligations que leur imposent le droit international des droits de l'homme et le droit international humanitaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : l'ONU juge prématurée une stratégie de retrait de la MINUAD

Estimant que la mise en œuvre d'une stratégie de retrait pour la Mission conjointe de l'Union africaine et des Nations unies au Darfour (MINUAD) serait à l'heure actuelle prématurée, le Sous-Secrétaire général de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, a appelé mercredi le Conseil de sécurité de l'Organisation à prolonger le mandat de la MINUAD pour une durée d'un an.