Pacte mondial : Ban Ki-moon appelle les entreprises à peser sur les grands rendez-vous de 2015

25 juin 2015

A l'occasion d'un évènement pour célébrer le 15ème anniversaire du Pacte mondial des Nations Unies, le Secrétaire général de l'Organisation, Ban Ki-moon, a appelé jeudi les entreprises et le secteur privé à prendre une part active dans la réalisation des objectifs du futur programme de développement durable pour l'après-2015 et dans la lutte contre le changement climatique.

Le Pacte mondial (ou 'Global Compact' en anglais), est une initiative des Nations unies lancée en 2000 visant à inciter les entreprises du monde entier à adopter une attitude socialement responsable en s'engageant à intégrer et à promouvoir plusieurs principes relatifs aux droits de l'homme, aux normes internationales du travail, et à la lutte contre la corruption.

« Le Pacte mondial compte aujourd'hui plus de 8.000 entreprises participantes qui se sont engagées à faire des affaires de façon responsable en accord avec les principes universels des droits de l'homme, des droits du travail, de la protection de l'environnement et de la lutte contre la corruption », a salué M. Ban dans un discours prononcé lors de l'évènement 'Pacte mondial +15', qui rassemblait jeudi 25 juin des entreprises et représentants de la société civile au siège des Nations Unies à New York.

« Fort de signataires dans 170 pays et d'environ 100 réseaux nationaux, le Pacte mondial touche à la fois les pays développés et les pays en développement », a poursuivi le chef de l'ONU, se félicitant de l'impact positif de cette initiative sur un certain nombre de problématiques mondiales, qu'il s'agisse du changement climatique, de l'autonomisation des femmes, de l'accès à l'eau ou de la bonne gouvernance.

« Notre réunion d'aujourd'hui intervient dans le courant d'une année potentiellement transformative », a affirmé le Secrétaire général, mentionnant le nouveau programme de développement durable qui sera adopté par la communauté internationale en septembre à New York et comprendra un ensemble d'Objectifs de développement durable (ODD) pour les 15 années avenir.

M. Ban a également invoqué le futur accord global sur le climat qui devrait être conclu par les Etats membres en décembre lors du Sommet de Paris.

Comme cela avait été le cas pour les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et lors de la tenue de précédents sommets internationaux sur le climat, l'engagement du secteur privé sera essentiel pour garantir le succès de ces grands rendez-vous, a déclaré le Secrétaire général.

« Le monde des affaires et le programme de développement durable convergent d'une façon tout à fait nouvelle et passionnante », a-t-il salué.

« Le développement durable n'est pas de la charité ; c'est un investissement intelligent », a expliqué M. Ban, soulignant que les ODD offrent un « pipeline extraordinaire pour l'investissement et une plate-forme au sein de laquelle l'entreprise responsable peut prospérer ».

De même, sur la question du climat, le Secrétaire général a précisé que les changements climatiques présentent des risques aussi bien pour le développement que pour les entreprises.

« L'action climatique offre d'énormes possibilités pour une croissance résiliente au changement climatique et à faible émission de carbone », a-t-il ajouté.

M. Ban a par ailleurs appelé les leaders du monde des affaires d'aujourd'hui à devenir les leaders politiques de demain.

« Pour l'heure, le plus urgent est d'avancer de façon ambitieuse en matière d'action climatique et de rejoindre les rangs de plus en plus nombreux des entreprises militant en faveur d'un marché du carbone », a insisté le Secrétaire général, se référant à la mise en œuvre d'un système consistant à faire payer par les émetteurs le coût de la nuisance pour le climat que constituent leurs émissions de carbone.

M. Ban a également appelé les entreprises à coopérer avec les dirigeants politiques afin d'éradiquer la corruption, d'élaborer des lois sur le climat et de mettre en œuvre des politiques fiscales justes et transparentes.

« Cela suppose d'aligner vos efforts de lobbying avec vos engagements en faveur du développement durable. Vous ne pouvez pas d'un côté prendre publiquement position en faveur de l'action climatique et de l'autre militer en arrière-plan contre la mise en œuvre de mesures pro-environnementales », a déclaré M. Ban.

« Nous sommes unis dans notre Pacte mondial par des valeurs et des principes partagés. Ensemble, nous allons de l'avant avec compassion et résolus à ne laisser personne de côté et à construire un avenir de dignité pour tous », a-t-il conclu.

Dans un communiqué de presse rendu public en marge de l'évènement, M. Ban a annoncé la nomination de Lise Kingo en tant que nouvelle Directrice exécutive du Pacte mondial des Nations Unies.

Mme Kingo succédera à Georg Kell, qui prendra sa retraite cette année après plus de 25 années au service des Nations Unies.

Le Secrétaire général a exprimé sa gratitude envers le Directeur exécutif sortant pour le « leadership exemplaire » dont il a fait preuve dans la création et la gestion du Pacte Mondial des Nations Unies depuis son lancement en 2000.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En République de Corée, le chef de l'ONU rappelle que l'éducation est cruciale pour la paix dans le monde

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a entamé lundi une visite en République de Corée, dont il est originaire, pour participer à une série de manifestations, dont le Forum mondial de l'éducation organisé conjointement par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et le gouvernement sud-coréen.