Yémen : l'ONU demande 1,6 milliard de dollars pour financer l'aide humanitaire

19 juin 2015

Les agences humanitaires de l'ONU ont appelé vendredi la communauté internationale à financer 1,6 milliard de dollars en 2015 pour aider 11,7 millions de personnes touchées par la crise humanitaire au Yémen, a déclaré le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Organisation (OCHA).

Sur le total demandé, 1,4 milliard de dollars font actuellement défaut et doivent être financés d'ici la fin de l'année, a précisé l'OCHA.

« Le Yémen est au bord d'une catastrophe humanitaire imminente », a averti le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien, lors du lancement de l'appel à Genève.

« Les individus à travers le pays ont du mal à nourrir leurs familles. Les services de base s'effondrent dans toutes les régions. Des millions de familles n'ont plus accès à l'eau potable, à un assainissement adéquat ou à des soins primaires », a déploré M. O'Brien, ajoutant que des épidémies de maladies mortelles, telles que la dengue et le paludisme, se sont déclarées.

Des milliers de personnes ont été tuées et blessées par des frappes aériennes et des combats au sol dans les trois derniers mois, a poursuivi le Secrétaire général adjoint, ajoutant que plus de 1 million de civils ont fui leurs maisons, dont certains ont été pris pour cible alors qu'ils tentaient d'atteindre des zones plus sûres.

« Il est stupéfiant de constater que 80% de la population a besoin d'aide humanitaire – plus de 21 millions de personnes. Les hommes, femmes et enfants innocents sont les premières victimes de la violence », a déploré M. O'Brien.

« Le mépris du droit international humanitaire par les parties au conflit se traduit par un bilan humain élevé », a résumé le Secrétaire général adjoint.

Le Plan révisé d'intervention humanitaire pour 2015 lancé par la communauté humanitaire à Genève vise à fournir une protection essentielle et une aide vitale aux populations, y compris de la nourriture, de l'eau et des abris pour les familles les plus vulnérables, a précisé l'OCHA.

Les agences humanitaires intensifient à l'heure actuelle leurs opérations sur le terrain pour garantir la mise en œuvre du Plan, notamment en augmentant le nombre de personnels déployés au Yémen et la quantité des stocks de matériel acheminés dans le pays.

Lors du lancement du Plan révisé, M. O'Brien a par ailleurs salué une promesse « généreuse » de dons pour un montant de 244,7 millions faite par l'Arabie Saoudite afin de soutenir la réponse humanitaire au Yémen.

« Bien que ce Plan nous permette de soulager la souffrance humaine désastreuse au Yémen, il ne suffit pas de mettre fin au cauchemar rencontré par de nombreuses familles. Seule une solution politique à la crise au Yémen peut mettre un terme à ce niveau inacceptable et intolérable de souffrance », a souligné le Secrétaire général adjoint.

A cette fin, des consultations entre parties yéménites avaient lieu cette semaine à Genève sous l'égide de l'ONU, marquant par là un retour à un processus politique.

Lors d'une conférence de presse organisée vendredi après-midi dans la ville suisse pour marquer la fin des consultations, l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a expliqué que ce processus n'était « pas une fin en soi, mais le premier pas vers un chemin long et ardu ».

Néanmoins, l'Envoyé spécial s'est montré optimiste quant à la possibilité d'accomplir certains objectifs spécifiques, notamment l'imposition d'un nouveau cessez-le-feu humanitaire.

« Nous ne souhaitons pas organiser une autre réunion. Nous avons pensé qu'il serait mieux dans l'immédiat de revenir à la navette diplomatique », a ajouté M. Ould Cheikh Ahmed.

« La situation humanitaire ne peut plus attendre. Elle doit être traitée de toute urgence. Voilà pourquoi nous avons besoin d'une pause humanitaire. C'est la priorité », a-t-il affirmé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.