L'AIEA toujours préoccupée par les programmes nucléaires de la Corée du Nord et de l'Iran

8 juin 2015

Le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, s'est déclaré lundi toujours fortement préoccupé par le programme nucléaire de la Corée du Nord et, dans une moindre mesure, par celui de l'Iran.

« Je reste sérieusement préoccupé par le programme nucléaire de la République populaire démocratique de Corée [RPDC] », a déclaré M. Amano à l'occasion de la présentation du rapport d'activité annuel de l'AIEA à son Conseil d'administration.

« Voilà maintenant plus de six ans que les inspecteurs de l'Agence ont été sommés de quitter la RPDC », a rappelé le Directeur général, tout en renouvelant la volonté de l'AIEA de jouer un rôle central dans la vérification du programme nucléaire du pays.

M. Amano a appelé la RPDC à coopérer pleinement et sans délai avec l'Agence dans la mise en œuvre de son accord de garanties et à résoudre toutes les questions en suspens concernant son programme nucléaire.

S'agissant de l'Iran, le Directeur général a précisé que l'AIEA continue de vérifier « le non-détournement de matières nucléaires déclarées par l'Iran en vertu de son accord de garanties ».

« Toutefois, l'Agence n'est pas en mesure de conclure de manière crédible à l'absence de matières et activités nucléaires non déclarées en Iran, et par conséquent que toutes les matières nucléaires en Iran sont utilisées à des fins pacifiques », a déclaré M. Amano.

Le Directeur général a cependant salué l'annonce faite à Lausanne, en Suisse, par l'Iran et les gouvernements des E3+3 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, à savoir les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine, plus l'Allemagne) d'un accord sur les « paramètres clés » qui serviront de cadre à un accord définitif sur la poursuite du programme nucléaire iranien, devant désormais être rédigé d'ici le 30 juin.

« Je suis convaincu que la clarification des aspects présentant une dimension militaire est possible dans un délai raisonnable, à condition que l'Iran mette en œuvre les mesures envisagées dans l'annonce de Lausanne », a déclaré M. Amano, ajoutant que la mise en œuvre d'un tel accord permettrait à l'Agence de parvenir à une conclusion crédible sur l'absence de matériaux et d'activités nucléaires non déclarées en Iran.

Le Directeur général a affirmé que l'AIEA était prête à accélérer la résolution de toutes les questions en suspens, moyennant une « coopération accrue de l'Iran et la fourniture d'un accès en temps raisonnable à tous des informations pertinentes, à la documentation, aux sites, au matériel et au personnel en Iran ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.