Ukraine : l'ONU appelle une nouvelle fois au respect complet du cessez-le-feu

5 juin 2015

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a appelé vendredi au respect complet du cessez-le-feu dans l'est du pays et à faire de la protection des civils une priorité.

Malgré les affrontements quasi quotidiens signalés en certains endroits, le cessez-le-feu continue de tenir en général dans la plus grande partie de la zone de conflit, a souligné M. Feltman devant les membres du Conseil.

Il s'est félicité aussi que le processus politique destiné à la mise en œuvre complète des accords de Minsk soit finalement enclenché. Selon lui, sans les efforts diplomatiques de l'Ukraine, de la France, de l'Allemagne et de la Russie, avec l'appui de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), « nous serions probablement confrontés à une situation plus difficile ».

Il s'est félicité de l'organisation d'une réunion entre ces quatre pays au niveau des directeurs politiques prévue à Paris le 10 juin et d'autres efforts diplomatiques sur les aspects politiques, économiques, sécuritaires et humanitaires du conflit.

« Le Secrétaire général de l'ONU continuera son rôle de bons offices concernant l'Ukraine et reste ouvert à envisager comment soutenir davantage l'OSCE et la mise en œuvre des accords de Minsk », a déclaré M. Feltman.

Le bilan meurtrier du conflit dans l'est de l'Ukraine est supérieur désormais à 6.400 personnes et depuis la signature du paquet de mesures de Minsk, 400 autres personnes ont perdu la vie.

« Le cessez-le-feu doit être pleinement respecté et la protection des civils doit être une priorité », a déclaré Jeffrey Feltman.

S'agissant de la situation humanitaire, il a noté que l'Ukraine faisait maintenant partie des 10 pays confrontés au plus grand nombre de déplacements internes, avec plus de 1,3 million de déplacés.

Le Secrétaire général adjoint a rappelé que les mesures de mise en œuvre des accords de Minsk avaient une échéance, dans moins de six mois, et que ces mesures prévoient notamment le retour du contrôle complet des frontières par le gouvernement de l'Ukraine.

« Ni l'Ukraine, ni la région ou la communauté internationale ne peuvent se permettre de voir ce processus échouer », a déclaré Jeffrey Feltman.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.