L'ONU rend hommage aux Casques bleus et aux opérations de maintien de la paix

29 mai 2015

A l'occasion de la Journée internationale des Casques bleus, plusieurs hauts responsables des Nations Unies ont rendu hommage vendredi aux soldats du maintien de la paix tombés alors qu'ils servaient sous le drapeau de l'ONU.

« En cette année où nous célébrons le soixante-dixième anniversaire de l'Organisation des Nations Unies, la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies est l'occasion de rendre hommage à ces femmes et à ces hommes qui contribuent de manière inestimable à faire la fierté de l'Organisation », a déclaré dans un message le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« Au prix d'années de lutte et de sacrifices, les emblématiques Casques bleus sont devenus un symbole d'espoir pour les millions de personnes qui vivent dans des pays ravagés par la guerre », a salué M. Ban, tout en saluant les 107.000 membres du personnel de maintien de la paix en tenue, originaires des 122 pays qui fournissent des contingents ou du personnel de police, actuellement déployés dans 16 missions.

La Journée internationale des Casques bleus de l'ONU, commémorée chaque année le 29 mai, rend hommage au professionnalisme, au dévouement et au courage des Casques bleus, qui servent aujourd'hui dans des conditions difficiles voire explosives. Elle est aussi l'occasion d'honorer la mémoire des plus de 3.300 Casques bleus qui ont perdu la vie au service de la cause de la paix, dont 126 hommes et femmes en 2014.

Depuis leurs débuts en 1948, les opérations de maintien de la paix des Nations Unies constituent l'un des outils principaux utilisés par la communauté internationale pour gérer les crises complexes qui menacent la paix et la sécurité internationales.

Le Secrétaire général a rappelé qu'au cours de ses 70 années d'existence, l'ONU a mis sur pied 71 opérations de maintien de la paix et déployé plus d'un million de personnes pour aider des pays à accéder à l'indépendance, encadrer des élections historiques, protéger des civils, désarmer des centaines de milliers d'ex-combattants, établir l'état de droit, promouvoir les droits de l'homme et créer des conditions favorables au retour des réfugiés et des déplacés.

« Nous devons tous être fiers de ces réalisations », a-t-il ajouté, tout en soulignant le besoin d'adapter les OMP aux nouvelles réalités mondiales, y compris aux « menaces asymétriques » qui apparaissent dans certains des endroits les plus dangereux du monde.

« Nous avons commencé à moderniser nos opérations, à faire appel à de nouvelles technologies, à diversifier nos ressources et à renforcer nos partenariats avec les organisations régionales », a affirmé le chef de l'ONU.

« Cependant, la demande excède largement les ressources », a-t-il reconnu, mentionnant le besoin d'obtenir davantage de fonds, de matériel et de personnel mieux formé pour s'acquitter de missions toujours plus complexes dans le respect des normes de conduite les plus strictes.

« Nous honorons aujourd'hui la mémoire de ceux qui ont perdu la vie au service de la paix, et nous rendons hommage à toutes les femmes et à tous les hommes qui poursuivent leur œuvre sur le terrain », a par ailleurs déclaré le Secrétaire général.

Pour marquer la Journée, le Secrétaire général a également participé à une cérémonie de dépôt de gerbe dans la matinée au Siège de l'ONU, à New York, avant de présider une cérémonie au cours de laquelle la médaille Dag Hammarskjöld a été décernée à titre posthume au personnel militaire, policier et civil ayant perdu la vie l'an dernier dans le cadre d'une OMP.

Lors d'une conférence de presse à New York, le Secrétaire général adjoint à l'appui aux missions, Hervé Ladsous, a de son côté rendu hommage aux Casques bleus ayant servi la cause de la paix dans ce qu'il a qualifié de « monde difficile ».

« C'est l'occasion de réfléchir à la nature des menaces auxquelles nous sommes confrontés sur le terrain », a déclaré M. Ladsous, abordant la question de l'évolution actuelle des opérations de maintien de la paix.

« Plus que jamais, notre obligation est d'améliorer la performance. Et pour améliorer la performance, nous devons utiliser une technologie à jour », a affirmé le Secrétaire général adjoint, se référant à la nécessité d'améliorer la sécurité des troupes non seulement en employant du matériel militaire de pointe, tels que les drones, mais également en investissant dans plus de moyens techniques, dont beaucoup sont commercialement disponibles.

La même idée a été évoquée par le Secrétaire général adjoint à l'appui aux missions, Atul Khare, qui a également souligné la nécessité de disposer d'une grande variété de technologies pour contrer les nombreuses menaces « graves et asymétriques » rencontrées par les soldats de la paix dans l'acquittement de leurs mandats complexes.

De telles technologies permettraient d'améliorer la rapidité et la proactivité du soutien apporté par les OMP, ainsi que leur efficacité sur le terrain.

M. Khare s'est dit honoré de recevoir la médaille Dag Hammarskjöld au nom du personnel civil chargé du maintien de la paix et a noté que sur les 126 personnes mortes l'an dernier en servant sous le drapeau de l'ONU, 19 étaient des civils.

« Aujourd'hui est une journée de réflexion et de gratitude pour le service accompli par les soldats de la paix », a-t-il dit. « Mais aujourd'hui est aussi un jour d'introspection, de réflexion, sur les sacrifices qui nous rappellent de façon brutale les défis majeurs auxquels nous sommes confrontés tous les jours sur le terrain ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.