L'ONU renouvelle son engagement à lutter contre les combattants terroristes étrangers

29 mai 2015

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité de l'Organisation sur les combattants terroristes étrangers, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a mis l'accent vendredi sur la nécessité pour la communauté internationale d'agir de façon plus concertée face à cette menace grandissante pour la paix et la sécurité mondiales.

Le flux de combattants terroristes étrangers ayant rejoint les rangs de l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) et d'autres groupes terroristes continue de croître, a regretté le chef de l'ONU dans son discours aux membres du Conseil, estimant à 70% l'augmentation du nombre de ces combattants entre la mi-2014 et mars 2015.

Affirmant qu'aucun pays ne peut relever de manière unilatérale ce défi moderne, M. Ban a exhorté la communauté internationale à agir collectivement, notamment en ayant recours à l'échange d'informations, à des contrôles frontaliers plus efficaces et au renforcement des systèmes de justice pénale, dans le respect de l'état de droit et des droits de l'homme.

« Lorsque les efforts de la lutte contre le terrorisme ignorent l'état de droit et violent les droits fondamentaux, non seulement ils trahissent les valeurs qu'ils prétendent défendre, mais contribuent également à alimenter l'extrémisme violent », a insisté le Secrétaire général.

A cette fin, M. Ban a ajouté que les restrictions légales exceptionnelles imposées aux droits des personnes doivent être « spécifiques, nécessaires et proportionnées ».

« En fin de compte, nous devons éliminer les conditions poussant des jeunes hommes et femmes à être attirés par l'extrémisme violent. La radicalisation est un préalable incontournable dans la transformation des individus en combattants terroristes étrangers », a-t-il affirmé, ajoutant que les jeunes gens constituent le groupe avec la plus forte propension à sa radicaliser.

Pour le Secrétaire général, l'établissement d'une bonne gouvernance et d'institutions efficaces, responsables et inclusives est essentiel pour permettre de prévenir la radicalisation.

M. Ban a par ailleurs salué le fait que, de plus en plus, la communauté internationale semble s'attaquer aux causes profondes de l'extrémisme violent.

Dans cette perspective, le Secrétaire général a rappelé son intention de présenter un plan d'action visant à prévenir l'extrémisme violent lors des travaux de la prochaine session de l'Assemblée générale de l'ONU, à la fin 2015.

Tout en se disant préoccupé par les récentes avancées en Iraq et en Syrie de l'EIIL et d'autres groupes bénéficiant du soutien croissant de combattants terroristes étrangers, M. Ban a insisté sur la nécessité pour la communauté internationale d'agir de façon concertée.

« L'ONU continuera de travailler activement avec les Etats membres pour forger des approches plus complètes et novatrices afin de lutter contre cette menace multidimensionnelle, en mettant l'accent sur l'importance qu'il convient d'accorder au respect de l'état de droit et des droits de l'homme », a conclu le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : l'ONU demande l'arrêt immédiat des destructions du patrimoine culturel par l'EIIL

L'Assemblée générale des Nations Unies a voté jeudi une résolution condamnant la destruction délibérée du patrimoine culturel iraquien par l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) et déplorant la multiplication de ces actes barbares.