Etats-Unis : l'ONU salue l'abolition de la peine de mort au Nebraska

29 mai 2015

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a salué vendredi l'abolition de la peine de mort dans l'Etat du Nebraska, aux Etats-Unis.

« Nous nous félicitons de l'abolition de la peine de mort dans l'Etat du Nebraska, ce mercredi [27 mai], le 19ème à avoir pris une telle décision aux Etats-Unis », a indiqué dans un communiqué de presse une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, précisant que le Nebraska n'a pas exécuté de détenus depuis 1997.

« Le nombre de personnes exécutées chaque année et la population se trouvant dans le couloir de la mort aux Etats-Unis ont progressivement diminué au cours des 10 dernières années », a également salué Mme Shamdasani, ajoutant qu'en 2014, seuls sept Etats ont utilisé la peine de mort dans le pays, pour 35 exécutions, soit le nombre le plus bas depuis 1994.

« Nous espérons que l'exemple du Nebraska sera suivi par les autres Etats (le Colorado, le Delaware, le Montana et le Kansas) dont les corps législatifs étudient actuellement la possibilité d'abolir la peine de mort », a poursuivi la porte-parole.

Mme Shamdasani a par ailleurs rappelé la recommandation faite en mars 2014par Comité des droits de l'homme de l'ONU, appelant le gouvernement fédéral des Etats-Unis à «envisager d'établir un moratoire sur la peine de mort au niveau fédéral et à engager un débat avec les Etats non abolitionnistes en vue de parvenir à un moratoire à l'échelle nationale ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

DOHA : au Congrès contre le crime, l'ONU plaide pour l'abolition de la peine de mort

Lors du Congrès de l'ONU contre le crime qui se déroule à Doha, au Qatar, les participants d'une table ronde sur la peine de mort ont plaidé mardi en faveur de l'abolition de cette sentence, soulignant qu'il n'existe aucune preuve confirmant son caractère dissuasif.