Soudan du Sud : sur fond d'escalade du conflit, l'ONU dénonce les souffrances des civils

22 mai 2015

Alors que les combats entre le gouvernement du Soudan du Sud et les forces d'opposition se sont intensifiés au cours des dernières semaines, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a mis en garde vendredi contre les violations graves des droits de l'homme et du droit international humanitaire commises dans le pays.

« Depuis plus de 17 mois, femmes, hommes et enfants souffrent de façon insensée d'une catastrophe d'origine purement humaine, et vivent dans les conditions les plus inhumaines », a déclaré le Haut-Commissaire dans un communiqué de presse publié à Genève, ajoutant que plus de deux millions de personnes ont perdu leur maison, leurs moyens de subsistance et des membres de leur famille, tués ou recrutés de force.

« Et maintenant, au cours des dernières semaines, les parties prenantes sont parvenues à rendre une terrible situation bien encore pire », a-t-il déploré.

« Environ 10.000 personnes de plus sont venues gonfler les rangs des 60.000 déplacés internes dans les sites de protection des civils [de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS)] à Bentiu, dans l'État d'Unité, au cours des dernières semaines, dont nombre d'entre elles ont parcouru de longues distances à pied dans des conditions horribles, sous la menace constante d'attaques par des groupes armés », s'est indigné M. Zeid.

Selon le Haut-Commissaire, 1.600 autres déplacés internes ont trouvé refuge au sein du camp de la MINUSS à Melut, dans l'Etat du Haut-Nil, qui est pourtant mal équipé et dans une situation vulnérable.

« Sept d'entre eux ont déjà trouvé la mort lorsque des tirs d'obus ont atterri dans l'enceinte du camp », a-t-il précisé.

M. Zeid a mentionné des rapports « alarmants » faisant état de violations flagrantes du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme depuis l'escalade des combats le 29 avril, y compris des meurtres, des viols, des enlèvements et des incendies et destructions de villes et villages dans différents comtés de l'État d'Unité.

La Haut-Commissaire a également fait mention de violents combats dans l'Etat du Haut-Nil, dans les environs de Melut et les principaux champs pétrolifères de Paloch.

Le Haut-Commissaire a regretté les violations répétées par les parties de leurs engagements en faveur d'une cessation des hostilités et a dénoncé le « manque honteux de justice et de responsabilité au mépris des victimes de ces violations flagrantes au Soudan du Sud ».

« Une telle impunité persistante a généré beaucoup de rancœurs non résolues, qui peuvent être facilement instrumentalisées dans la cadre de poursuites des violences et d'attaques de vengeance », a averti M. Zeid, précisant que la lutte contre l'impunité devait être une priorité pour le maintien d'une paix durable dans le pays.

Le Haut-Commissaire a exhorté les parties au conflit à prendre toutes les mesures disponibles pour prévenir les dommages à l'encontre des personnes et infrastructures civiles, y compris le personnel et les locaux des Nations Unies et des agences humanitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : l'ONU appelle à mettre fin aux violations du cessez-le-feu

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a fermement condamné mercredi l'escalade du conflit au Soudan du Sud au cours des dix derniers jours et a exhorté les parties à mettre fin aux violations du cessez-le-feu.