Somalie : l'envoyé de l'ONU se félicite d'un pays qui fonctionne mieux

19 mai 2015

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Somalie, le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, Nicholas Kay, a souligné mardi les progrès réalisés par un pays qui fonctionne mieux et où prédomine désormais le dialogue politique.

« Les dirigeants de la Somalie aux niveaux local, régional et fédéral, les parlementaires, et toutes sortes de gens, construisent peu à peu un Etat fédéral, grâce au dialogue et à la réconciliation. L'atmosphère de méfiance accumulée pendant 25 ans rend la tâche difficile et douloureuse ; mais il faut que cela continue et cela mérite notre soutien durable », a dit M. Kay lors d'un exposé par téléconférence devant les membres du Conseil de sécurité.

« Nous voyons un pays, autrefois embourbé dans un conflit, qui progressivement fonctionne mieux et où le dialogue politique remplace la loi des armes », a-t-il ajouté.

M. Kay a noté qu'au cours des prochains mois, le gouvernement aura plusieurs tâches à réaliser : achever l'établissement des administrations et des assemblées régionales intérimaires ; faire progresser la révision constitutionnelle ; établir la Commission électorale nationale indépendante et la Commission de la fédération et des limites ; et finaliser la législation sur les partis politiques, la citoyenneté et les élections.

Selon le Représentant spécial, il y a eu des progrès en matière de fédéralisme mais pas autant en ce qui concerne la révision constitutionnelle. Il s'est dit aussi préoccupé par le calendrier des élections au 'Somaliland' prévues le mois prochain et qui ont été repoussées à mars 2017.

Nicholas Kay a également exprimé sa préoccupation concernant la sécurité en Somalie et plus particulièrement la menace posée par Al-Chabaab dans la région, comme l'a montré l'attaque contre l'université de Garissa au Kenya en avril. Il a estimé nécessaire de surveiller de près et d'être en mesure de répondre à tout signe indiquant qu'Al-Chabaab bénéficie de ses liens avec des groupes extrémistes au Yémen.

« Avec tant de choses en jeu entre maintenant et 2016, nous pouvons nous attendre à ce qu'Al-Chabaab fasse tout son possible pour faire dérailler le processus politique », a-t-il estimé. « Renouveler l'offensive conjointe de la Somalie et de l'Union africaine contre Al-Chabaab est une priorité ».

Quant à la situation humanitaire, le Représentant spécial a rappelé qu'elle restait alarmante, avec 730.000 Somaliens n'étant pas en mesure de subvenir à leurs besoins alimentaires de base. En outre, 2,3 millions de personnes risquent de sombrer dans la même situation, dont 1,1 million de déplacés, a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Attentat en Somalie : la chef de l'humanitaire de l'ONU veut que les auteurs rendent des comptes

La chef de l'humanitaire des Nations Unies, Valerie Amos, a dénoncé l'attentat qui a visé lundi des employés du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) en Somalie et a appelé à ce que les auteurs de cet attentat rendent des comptes.