Burundi : sur fond de crise politique, Ban Ki-moon appelle les parties à la retenue

13 mai 2015

Face à l'annonce d'une tentative de coup d'Etat au Burundi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban-Ki moon, a appelé instamment mercredi les parties à faire preuve de retenue.

Le Secrétaire général suit avec le plus grand intérêt l'évolution de la situation au Burundi, a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, lors d'un point de presse au siège de l'Organisation à New York.

M. Ban tient à rappeler aux leaders burundais l'importance de « préserver la paix et la stabilité dans ce pays qui a souffert si cruellement par le passé d'accès de violence », a-t-il ajouté.

Selon la presse, un général de l'armée burundaise a annoncé mercredi 13 mai à Bujumbura la destitution du Président Pierre Nkurunziza, ce que la présidence a immédiatement démenti. M. Nkurunziza se trouvait au moment des faits en Tanzanie, pour un sommet extraordinaire de chefs d'Etat d'Afrique de l'Est.

« Nous sommes en train d'évaluer l'évolution de la situation sur le terrain, qui est très fluide », a déclaré M. Dujarric, ajoutant que le Secrétaire général est actuellement en contact avec son Envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, qui assiste lui aussi au sommet de la Communauté d'Afrique de l'Est à Dar es Salaam, la capitale tanzanienne.

Le Burundi est en proie à une vague d'agitation depuis le 26 avril dernier, date à laquelle le parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie–forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), a décidé d'investir le M. Nkurunziza comme candidat à l'élection présidentielle qui aura lieu dans le pays le 26 juin prochain.

L'opposition burundaise, estimant qu'une troisième candidature du Président sortant est anticonstitutionnelle, a ensuite appelé à manifester contre cette nomination, provoquant une vague de violence et de répression de la part des autorités contre les manifestants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Burundi : la flambée de violence provoque un afflux de réfugiés dans les pays voisins, selon le HCR

La flambée de violence pré-électorale au Burundi a entrainé la fuite de plus de 50.000 personnes vers les pays voisins depuis le mois dernier et menace de remettre en cause les avancées prometteuses du processus de réconciliation dans le pays, a déploré vendredi un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).