Burundi : des experts de l'ONU mettent en garde contre les risques que font peser les violences pré-électorales

30 avril 2015

Un groupe d'experts de l'ONU a condamné jeudi les violences au Burundi et a exhorté les autorités à respecter les droits de l'homme, y compris la liberté d'expression et le droit de réunion pacifique. Ils ont également demandé qu'une enquête approfondie et indépendante soit menée sur les violations des droits de l'homme commises afin que les auteurs soient traduits en justice.

Au cours des derniers jours, le Burundi a subi une vague de morts violentes, d'arrestations arbitraires et d'intimidation, y compris contre des défenseurs des droits de l'homme, ainsi que la fermeture de médias. Ceci se serait produit dans le contexte de manifestations pacifiques contre la candidature du Président sortant, Pierre Nkurunziza pour briguer un troisième mandat présidentiel. En réponse, les forces de sécurité auraient violemment réprimé les manifestants avec des armes à feux à balles réelles, des grenades et des gaz lacrymogènes. Les récentes informations indiquent que l'Internet serait bloqué dans le pays.

« Nous exhortons toutes les parties à résoudre leurs différends par le dialogue, à éviter d'utiliser un langage incendiaire ou des discours haineux, et à renoncer à la violence. Cet appel est également fait aux différentes parties des forces de sécurité du pays, lesquels doivent remplir leur fonctions d'une manière non partisane », ont déclaré les experts internationaux.

Ils ont souligné le « rôle croissant joué par des milices de jeunes depuis plus d'une année », notant que « les actions de harcèlement, d'intimidation et de violence d'une de ces milices - les Imbonerakure - sont ouvertement cautionnées par le parti au pouvoir ». « Nous exhortons les autorités à intervenir pour faire cesser ces activités. Les milices, quel que soit leur bord, devraient être immédiatement désarmées », ont-ils dit.

Selon eux, « un processus électoral qui manque de crédibilité, et encore plus qui déclenche la violence, est un énorme revers pour le Burundi ».

Le Burundi a pris des mesures importantes pour préserver la paix depuis l'Accord d'Arusha en 2000 et en particulier depuis l'adoption de la Constitution de 2005 qui institutionnalise un accord de partage du pouvoir entre les groupes ethniques. Cela a considérablement contribué à la transformation des relations entre les différentes communautés au Burundi. Les efforts importants en vue de la démobilisation et la réinsertion, combinés à une représentation ethnique convenu dans toutes les institutions officielles, y compris dans le secteur de la sécurité, ont permis au pays d'assurer une certaine stabilité depuis 2009.

« Ces progrès importants réalisés au cours des 15 dernières années risquent d'être compromis si les autorités choisissent de ne pas prendre les mesures nécessaires pour empêcher de nouvelles violations. Ceci principalement implique de rompre la 'tradition d'impunité' qui règne dans le pays depuis trop longtemps », ont mis en garde les experts.

Ces experts de l'ONU sont Mads Andenas, Président-Rapporteur du Groupe de travail sur la détention arbitraire; Pablo de Greiff, Rapporteur spécial sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition; Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme; Christof Heynes, Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires; David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression; et Maina Kiai, Rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et d'association.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Burundi : l'ONU dénonce les violences à l'approche de l'élection présidentielle

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a condamné mardi la vague de violence au Burundi suite à la nomination du Président Pierre Nkurunziza comme candidat à l'élection présidentielle par le parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie–forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD).