Cent ans après Ypres, l'ONU appelle à débarrasser le monde des armes chimiques

29 avril 2015

A l'occasion de la Journée du souvenir dédiée à toutes les victimes de la guerre chimique, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé mercredi l'importance de cette commémoration en cette année du centième anniversaire de la première utilisation d'armes chimiques à grande échelle dans un conflit.

« En cette Journée du souvenir, ne nous contentons pas de rappeler les événements passés, mais façonnons un nouvel avenir en renouvelant notre engagement commun à débarrasser le monde des armes chimiques et de toutes les autres armes de destruction massive », a dit M. Ban dans un message.

Au cours de la Première Guerre mondiale, l'armée allemande a, pour la première fois, utilisé massivement des armes chimiques, du chlore, contre ses adversaires à Ypres, en Belgique, le 22 avril 1915.

« Les événements survenus à Ypres en 1915 devraient être un lointain souvenir, mais l'effrayante vérité est que nous continuons aujourd'hui de lutter contre les effets inhumains des armes chimiques, qui frappent sans discrimination. Cent ans après que du chlore gazeux a été utilisé comme arme de guerre à Ypres, des armes atroces de ce type continuent de menacer l'humanité », a dit le chef de l'ONU.

Pour lui, il est inadmissible que 90 ans après l'adoption du Protocole de Genève de 1925 et près de 20 ans après l'entrée en vigueur de la Convention sur les armes chimiques, la liste des victimes dont on pleure la perte en cette Journée du souvenir continue de s'allonger.

Selon le Secrétaire général, les efforts réalisés récemment par la communauté internationale pour débarrasser la Syrie de son programme d'armes chimiques ont clairement montré de quoi les pays étaient capables lorsqu'ils unissaient leurs forces. Mais il s'est dit inquiet des informations les plus récentes faisant état de l'utilisation persistante de produits chimiques toxiques comme armes dans le conflit syrien.

« Je condamne énergiquement toute utilisation de tels produits à ces fins, de quelque partie au conflit qu'elle émane. Je demande que les auteurs de tels actes soient traduits en justice, et je réaffirme que l'utilisation d'armes chimiques, quelles que soient les circonstances, constitue une violation grave du Protocole de 1925 et d'autres règles du droit international coutumier applicables », a dit M. Ban.

Le chef de l'ONU a une nouvelle fois insisté sur l'importance de la Convention sur les armes chimiques et exhorté les quelques pays qui n'y ont pas encore adhéré à le faire sans plus attendre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Non-prolifération nucléaire : l'ONU souhaite des idées audacieuses pour relancer le processus

Lors d'un symposium sur la non-prolifération nucléaire organisé au siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi les Etats membres à mettre en avant des « idées audacieuses » pour redonner un nouveau souffle au processus d'élimination des armes nucléaires.