Séisme au Népal : l'ONU se mobilise pour porter secours aux rescapés

27 avril 2015

Face au séisme meurtrier qui a frappé le Népal samedi, les agences humanitaires des Nations Unies continuaient lundi de se mobiliser afin de porter assistance aux victimes de cette catastrophe.

Selon la presse, le séisme d'une magnitude de 7,8 aurait fait plus de 3.800 morts et des milliers de blessés rien qu'au Népal. Le séisme a également fait des victimes dans les pays voisins, notamment en Inde.

« Nous n'avons pas de temps à perdre concernant les opérations de recherche et de sauvetage », a déclaré la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d'urgence, Valerie Amos, dans un communiqué de presse publié dimanche.

« Nos pensées vont aux peuple du Népal alors qu'il fait face aux pertes en vies humaines et aux dévastations causées par le séisme de samedi et par ses répliques », a-t-elle ajouté, faisant écho aux condoléances exprimées la veille, le jour de la catastrophe, par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Selon Mme Amos, les mesures prises par le gouvernement du Népal et les communautés locales ont déjà permis de sauver de nombreuses vies. Des équipes dépêchées par l'Inde, le Pakistan, la Chine et Israël ont également commencé à travailler, et d'autres sont sur le point d'être déployées en provenance des États-Unis, du Royaume-Uni, de Singapour, des Emirats Arabes Unis, de l'Union européenne et d'ailleurs. Mme Amos a souligné également l'assistance fournie sur le terrain par les agences onusiennes, notamment le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L'UNICEF a annoncé la mobilisation de ressources dans le cadre d'un plan d'urgence visant à aider les enfants et les familles affectés par le séisme.

« C'était un séisme terriblement fort », a déploré le Représentant de l'UNICEF en Thaïlande, Bijaya Rajbhandari, un citoyen népalais qui se trouvait justement à Katmandou, la capitale du Népal, au moment où le séisme a frappé ce pays situé dans la chaîne de montagnes de l'Himalaya.

« Aujourd'hui, on peut voir les dégâts importants causés par le séisme sur les immeubles à travers la ville, où de nombreuses personnes ont passé la nuit dehors dans le froid en raison des diverses répliques. Ces personnes sont dépourvues d'accès à des installations de base et les hôpitaux publics sont déjà encombrés. Les gens ont besoin d'aide et ils en ont besoin maintenant », a-t-il dit.

L'UNICEF a mobilisé du matériel de secours, y compris des comprimés purificateurs d'eau, des trousses d'hygiène, des bâches et de la nourriture. L'agence, qui craint tout particulièrement les conséquences du séisme sur les enfants, travaille également avec le gouvernement népalais pour tenter de répondre aux besoins immédiats de ces derniers, en termes de santé, de nutrition et de protection.

Egalement présent sur le terrain, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) achemine des milliers de bâches en plastique et de lampes à énergie solaire aux personnes sans-abri et dépourvues d'éclairage suite au séisme.

« Nous sommes profondément attristés par le décès de milliers de personnes, et par le fait que d'autres soient blessées ou déplacées par la catastrophe. Ces chiffres sont encore en hausse du fait de fréquentes répliques et alors que les équipes de recherche et de sauvetage accèdent actuellement à des régions isolées », s'est inquiétée lundi la Directrice du Bureau du HCR pour l'Asie-Pacifique, Daisy Dell, dans un communiqué de presse. « Le HCR est solidaire avec le Népal, un pays qui a accueilli des milliers de réfugiés au fil des années », a-t-elle ajouté.

De son côté, la Responsable du Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes, Margareta Wahlström, a mis l'accent lundi sur l'importance de la mise en œuvre de dispositifs en amont permettant de faire face à ce type de catastrophes.

« Cette tragédie souligne l'importance du travail fourni par le gouvernement et le 'Nepal Risk Reduction Consortium' lancé lors de la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles de 2009 », a déclaré Mme Wahlström, ajoutant que le pays se préparait depuis plusieurs années à un séisme d'une telle ampleur.

« Le Népal a mentionné la question de l'imminence d'un séisme de grande ampleur le mois dernier à la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles organisée » à Sendaï, au Japon, a-t-elle ajouté, soulignant que la phase de reconstruction serait l'occasion pour le pays de renforcer sa résilience aux catastrophes dans la droite ligne du Cadre de réduction des risques de catastrophe adopté lors de la Conférence de Sendai.

« Les séismes sont les plus meurtrières de toutes les catastrophes et cette tragédie souligne l'importance de mettre en œuvre les directives d'occupation des sols et les codes de construction établis dans le Cadre de Sendaï », a insisté Mme Wahlström.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Séisme au Népal : Ban Ki-moon présente ses condoléances et annonce une opération de secours de l'ONU

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a présenté ses condoléances aux victimes du séisme meurtrier qui a frappé le Népal samedi et a annoncé que les Nations Unies préparaient une opération de secours de grande ampleur.