Les progrès dans la lutte contre Ebola doivent être suivis d'efforts de rétablissement à long terme, selon l'ONU

16 avril 2015

Les efforts intenses déployés pour contrôler l'épidémie d'Ebola dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés doivent se poursuivre, a déclaré jeudi la Directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Margaret Chan, en visite à Washington.

« L'objectif est d'aider les individus et leurs communautés à revenir à une vie normale », a insisté Mme Chan. « Cela signifie que les enfants vont retourner à l'école, les femmes vont à nouveau pouvoir faire les courses dans les marchés locaux et les moyens de subsistance seront restaurés ».

La Directrice générale de l'OMS a insisté tout particulièrement sur l'importance de reconstruire les systèmes et services de santé pour réduire les risques qui étaient inhérents à la faiblesse de ces systèmes.

« Les systèmes de santé dans les trois pays étaient fragiles pour commencer », a reconnu le Mme Chan. « Ils se sont effondrés au cours de la flambée de fièvre d'Ebola ».

La Directrice générale a fait part de la nécessité de restaurer la confiance pour faire en sorte que les parents fassent vacciner leurs enfants et que les femmes enceintes donnent naissance à leurs enfants en toute sécurité.

De son côté, le Sous-Directeur général de l'OMS, Bruce Aylward, a fourni quelques impressions de la riposte contre Ebola sur le terrain. Il a également souligné l'importance de construire des systèmes de santé résilients et d'aider les Etats les plus touchés, à savoir la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, à récupérer.

Pourtant, a-t-il souligné, il sera impossible de se remettre complètement de l'épidémie si la tâche principale – éradiquer Ebola – n'est pas menée à son terme.

« Il y a un sentiment terrible et de plus en plus partagé que c'est déjà fait. Ce n'est pas le cas. Tout a commencé avec un cas. Il y avait 37 cas la semaine dernière. Ce n'est pas fini », a déclaré M. Aylward.

L'Envoyé spécial de l'ONU sur Ebola, David Nabarro, a quant à lui souligné combien la réponse mondiale à la « dévastation effrayante » causée par le virus Ebola a été difficile tout au long du processus.

« C'est une source d'insécurité qui doit être prise au sérieux, tout comme le terrorisme », a-t-il dit. « Nous avons besoin de défenses aussi bien financées et organisées que la lutte contre le terrorisme ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En Guinée, un premier vaccin contre Ebola est testé dans les villages affectés

Le gouvernement guinéen et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont lancé cette semaine la toute première vague d'essais cliniques d'un vaccin contre la maladie à virus Ebola dans un village touché par l'épidémie en Basse-Guinée, l'une des zones du pays où l'on trouve le plus de cas d'Ebola.