Mali : la MINUSMA condamne un attentat suicide meurtrier dans un de ses camps

15 avril 2015

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a condamné fermement mercredi un attentat suicide contre un de ses camps, ayant entrainé la mort de plusieurs civils et blessé un certain nombre de civils et de Casques bleus.

« Je suis choqué que de valeureux soldats de la paix soient à nouveau pris pour cible, ainsi que des civils innocents. Cet attentat ne détournera pas la MINUSMA de sa mission de rétablissement de la paix et de la sécurité au Mali », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU dans le pays et Chef de la MINUSMA, Mongi Hamdi, condamnant dans les termes les plus fermes cette attaque « lâche et odieuse ».

« Aujourd'hui vers, 11h30, un véhicule suicide a explosé à l'entrée du camp de la MINUSMA à Ansongo, dans la région de Gao, alors qu'il tentait d'y pénétrer », a-t-il poursuivi dans un communiqué de presse rendu public à Bamako, la capitale malienne.

« Cette attaque a fait neuf blessés, dont deux sérieusement, parmi les Casques bleus du contingent du Niger », a déploré le Représentant Spécial, ajoutant que l'explosion avait en outre provoqué la mort d'au moins trois civils.

Sept autres civils ont également été blessés, selon M. Hamdi, qui a précisé que des évacuations médicales étaient actuellement en cours.

Le Chef de la MINUSMA a présenté au nom de la Mission ses condoléances aux familles endeuillées, ainsi qu'au peuple et au Gouvernement du Mali, tout en souhaitant un prompt rétablissement aux Casques bleus et civils blessés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : le Conseil de sécurité de l'ONU salue la signature d'un projet d'accord de paix

Suite à sa réunion du 9 avril sur la situation au Mali, le Conseil de sécurité de l'ONU a salué vendredi la signature d'un projet d'accord de paix et de réconciliation dans le pays, le 1er mars 2015.