Yémen : l'ONU se dit alarmée par le nombre de victimes civiles suite aux opérations militaires

31 mars 2015

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit profondément préoccupé mardi par les informations faisant état de nombreuses victimes civiles résultant des opérations militaires actuelles au Yémen, notamment un raid aérien le 30 mars sur le camp de déplacés d'Al-Mazraq, à Harad, dans le nord du pays, et les attaques contre plusieurs hôpitaux de Dhale, dans le sud du pays.

« Ces attaques ont fait des dizaines de morts et de blessés, parmi eux des enfants », a souligné le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général rappelle à toutes les parties impliquées dans les opérations militaires au Yémen leur obligation, découlant du droit international humanitaire, d'assurer la protection des civils. Cela inclut le strict respect des principes de proportionnalité, de distinction, et de précaution. Il souligne également que les hôpitaux et les autres installations médicales ont un statut de protection spéciale en vertu du droit international », a-t-il ajouté.

« Le Secrétaire général réitère sa ferme croyance en la nécessité de résoudre le conflit par des moyens pacifiques », a encore dit le porte-parole.

Plus tôt, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, s'est également déclaré alarmé par la détérioration rapide de la situation au Yémen depuis que le gouvernement légitime du Président Abd Rabbo Mansour Hadi a été évincé du pouvoir le 22 janvier, provoquant la récente campagne militaire par une coalition de dix pays dirigée par l'Arabie saoudite.

Le Haut-Commissaire a appelé toutes les parties à protéger les civils et à résoudre leurs différends par le dialogue plutôt que par l'utilisation de la force militaire.

« La situation au Yémen est extrêmement alarmante, avec des dizaines de civils tués au cours des quatre derniers jours. Le pays semble être sur le point de s'effondrer complètement », a dit M. Zeid.

Il s'est dit choqué par le raid aérien de lundi contre le camp de déplacés d'Al-Mazraq à Harad, dans le nord du Yémen, qui aurait fait au moins 19 morts. Ce camp, qui abrite quelque 4.000 personnes, a été créé par l'ONU en 2009 et a récemment accueilli au moins 300 nouvelles familles déplacées en provenance de Saada.

A Dhale, la 33ème division blindée et des brigades houthis affiliées auraient attaqué trois hôpitaux, faisant un nombre indéterminé de victimes.

« Je condamne catégoriquement toutes les attaques contre les hôpitaux et autres établissements médicaux », a déclaré M. Zeid.

Le Coordonnateur humanitaire au Yémen, Johannes Van der Klaauw, a également déploré les frappes aériennes qui ont touché le camp de déplacés d'Al Mazraq.

« Toutes les parties au conflit ont l'obligation légale et morale de s'abstenir de viser des infrastructures civiles et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter les victimes civiles. J'appelle toutes les parties à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme » a dit M. Van Der Klaauw.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : Ban Ki-moon prend note des opérations militaires menées par l'Arabie saoudite

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a pris note jeudi de l'annonce par l'Arabie saoudite qu'elle avait commencé des opérations militaires au Yémen, à la demande du gouvernement de ce pays, et a rappelé que les négociations demeurent la seule option pour résoudre la crise yéménite.