Des agences de l'ONU appellent les bailleurs de fonds à se mobiliser pour la Syrie

30 mars 2015

A la veille d'une conférence de bailleurs de fonds pour la Syrie qui se tiendra au Koweït mardi 31 mars, les agences humanitaires des Nations Unies ont appelé la communauté internationale à se mobiliser en faveur des Syriens.

« Alors que la crise continue d'évoluer, les besoins continuent de croître, et les ressources pour l'assistance humanitaire sont de plus en plus tendues », a souligné la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Ertharin Cousin, dans un communiqué de presse.

« Les besoins évoluent également alors que la crise entre dans sa cinquième année. Nous sommes maintenant confrontés à des enfants syriens qui ont passé les 1000 premiers jours de leur vie dans une situation de conflit sans nourriture et nutriments adéquats. Nous devons nous assurer que notre aide alimentaire répond aux besoins de développement des victimes les plus vulnérables de cette crise », a-t-elle ajouté.

« Nous demandons à la communauté internationale réunis à Koweït de soutenir le peuple syrien et de renouveler son engagement envers une future génération de Syriens », a lancé la Directrice exécutive du PAM.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a également estimé qu'il fallait d'urgence trouver de l'argent en faveur des populations touchées par la crise syrienne.

« Nous devons fournir un soutien supplémentaire aux agriculteurs pour les aider à reconstruire les infrastructures et les moyens d'existence agricoles, ou nous assisterons à une nouvelle dégradation de la situation de la sécurité alimentaire", a indiqué le Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, Abdessalam Ould Ahmed.

Selon la FAO, la conférence au Koweït offre l'occasion de mobiliser les fonds indispensables pour renforcer la production agricole des communautés de toute la Syrie et des pays voisins.

La Syrie a perdu environ 50% de son bétail et la récolte céréalière a chuté de moitié depuis le début de la crise en 2011 compte tenu de l'escalade des conflits et des conditions météorologique adverses.

Selon la FAO, doper la production agricole est essentiel pour garantir des approvisionnements alimentaires réguliers en Syrie et dans la sous-région, qui a vu une hausse des prix des aliments affectant particulièrement les 75% des Syriens vivant actuellement dans la pauvreté.

La conférence des donateurs de cette semaine a pour but de recueillir les fonds nécessaires pour répondre aux besoins énoncés dans le Plan de réponse stratégique 2015 pour la Syrie (SRP) et le Plan régional pour les réfugiés et la résilience (3RP) 2015-2016. Au total, pour affronter la crise en Syrie et ses débordements dans la région, il faudra respectivement 2,9 et 5,5 milliards de dollars, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Dans le cadre de ces plans, la FAO demande 59 millions de dollars pour ses opérations en Syrie afin d'accroître la production d'aliments de base, améliorer la nutrition et les revenus des familles, protéger le bétail, et améliorer la coordination entre gouvernements, organismes d'aide et communautés pour renforcer la sécurité alimentaire.

En outre, 62 autres millions de dollars sont nécessaires pour aider les communautés d'accueil en Iraq, en Jordanie, au Liban et en Turquie à s'adapter à l'afflux de réfugiés, en rendant leur agriculture plus productive et durable. Parmi ces mesures figurent la prévention des maladies animales et végétales, le soutien à l'agriculture potagère et le développement de chaînes de valeur.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : la situation humanitaire continue de s'aggraver, selon Valerie Amos

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Syrie, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a estimé jeudi que la situation s'était aggravée en un an et a encouragé les gouvernements à contribuer généreusement à l'assistance humanitaire destinée aux Syriens.