Ban Ki-moon alarmé par les graves dangers encourus par les minorités au Moyen-Orient

27 mars 2015

A l'occasion d'un débat public du Conseil de sécurité sur les victimes d'attaques et d'exactions ethniques ou religieuses au Moyen-Orient, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a dénoncé vendredi tous les actes de persécution visant les minorités dans cette région et a appelé la communauté internationale à aider ces populations.

« Je suis vivement préoccupé par les graves dangers auxquels sont exposées les minorités dans certaines parties du Moyen-Orient. Des millions de vies sont en jeu, ainsi que le tissu social de pays entiers », a dit M. Ban lors d'un discours devant les membres du Conseil.

Ce débat au Conseil de sécurité a été convoqué par le Ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, dont le pays préside le Conseil pendant le mois de mars. M. Fabius participait à cette réunion.

« À l'heure actuelle, des milliers de civils sont à la merci de l'État islamique d'Iraq et du Levant, appelé également Daech. Ses combattants tuent de manière systématique les membres des minorités ethniques et religieuses, celles et ceux qui ne partagent pas leur interprétation tendancieuse de l'islam et quiconque s'oppose à leur conception apocalyptique. Ils s'en prennent aux femmes et aux enfants avec une brutalité sans nom. Ils détruisent des symboles religieux et culturels qui constituent le patrimoine de l'humanité », a dénoncé le Secrétaire général.

« Nous constatons que ces actes se propagent en Syrie, en Iraq, et maintenant en Libye et même au Yémen, où les attaques à la bombe perpétrées contre des mosquées la semaine dernière ont encore attisé les violences confessionnelles », a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a condamné « dans les termes les plus vifs tous les actes de persécution et les violations du droit à la vie et à l'intégrité physique commis contre des personnes et des communautés, quel qu'en soit le motif – religieux, ethnique, national, racial ou autre ». Il a demandé instamment à toutes les parties « d'assurer la protection des civils et d'épargner les vies innocentes ».

« Les membres de ce conseil – et tous ceux qui ont de l'influence – doivent aider les populations de la région à se réapproprier leur diversité historique et leur dynamisme », a-t-il encore dit.

« Les crimes atroces qui sont perpétrés dans la région appellent une réaction urgente. Nous devons mettre un terme à l'impunité des personnes qui commettent des crimes graves, que ce soit contre une communauté ou contre toutes », a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a indiqué que l'Organisation s'employait à élaborer un plan d'action visant à prévenir l'extrémisme violent, qui sera lancé en septembre. « Nous sommes plus que jamais déterminés à défendre – et à protéger – la diversité au Moyen-Orient », a-t-il dit.

M. Ban a également indiqué qu'il souhaitait « réunir un groupe d'hommes et de femmes respectés ayant une bonne connaissance de la région du point de vue religieux, civil, culturel, universitaire et économique. Ils auraient un rôle consultatif sur les dynamiques qui sont à l'œuvre au sein des groupes confessionnels et entre ces groupes ».

« Le mois prochain, le Président de l'Assemblée générale et moi-même inviterons les personnalités influentes de diverses confessions à une réunion extraordinaire qui se tiendra à l'ONU. Nous nous inspirerons de ce que fait l'Alliance des civilisations de l'ONU pour favoriser l'entente mutuelle et la réconciliation », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'EIIL pourrait avoir commis des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et un génocide, selon un rapport de l'ONU

L'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) pourrait avoir commis les trois crimes internationaux les plus graves, c'est-à-dire des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et un génocide, selon un rapport publié jeudi par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).