RDC : l'envoyé de l'ONU appelle les autorités à rétablir la coopération avec l'Organisation

19 mars 2015

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en République démocratique du Congo (RDC), le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Martin Kobler, a regretté la suspension de la participation des Casques bleus aux opérations conjointes avec l'armée congolaise contre les rebelles des FDLR et appelé les autorités congolaises à rétablir la coopération avec l'ONU.

« Nous avons travaillé pendant des mois avec des généraux dans un esprit excellent et constructif de partenariat. Toutefois, ils ont été remplacés par des officiers qui ont commandé par le passé des unités ayant un passé crédible de violations des droits de l'homme », a déclaré M. Kobler devant les membres du Conseil de sécurité.

« Nous avons donc été obligés de suspendre notre participation et notre soutien aux opérations sous leur commandement » contre les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans l'est de la RDC, a-t-il ajouté.

Le Représentant spécial s'est dit persuadé que « le gouvernement prendra la mesure appropriée pour remédier à cette situation malencontreuse ». « Notre soutien reprendra alors rapidement », a-t-il ajouté.

« Pour mieux coopérer, il faut créer une atmosphère de confiance », a-t-il encore dit. « Je propose donc au gouvernement de réenclencher la coopération sur la base d'une confiance mutuelle ».

Le Représentant spécial a noté que la présence des groupes armés était limitée aux provinces de l'est du pays. Toutefois, « la situation sécuritaire en général n'est pas encore stable, encore moins irréversible », a-t-il ajouté. « Beaucoup de gens vivent encore dans la peur d'être violés, la peur d'être attaqués, la peur d'être dépouillés de leurs maigres biens ».

Selon lui, il faut faire plus pour réduire la menace des groupes armés et la violence contre les civils « à un niveau qui puisse être géré de manière efficace par les institutions congolaises ». Aussi, même si la Mission de l'ONU en RDC (MONUSCO) ne va pas rester éternellement en RDC, son retrait « devra être graduel et progressif et lié à des objectifs établis conjointement par le gouvernement et la MONUSCO », a-t-il ajouté.

Selon lui, « le départ de la MONUSCO doit être lié aux résultats obtenus et à l'amélioration concrète de la situation sur le terrain ».

S'agissant des élections à venir, M. Kobler a salué la publication d'un calendrier électoral le 12 février 2015 prévoyant des élections législatives et présidentielle en novembre 2016.

« La MONUSCO est prête à apporter son aide pour ses élections, si celle-ci est requise, une aide logistique, technique et ses bons offices », a-t-il déclaré. Il s'est toutefois déclaré préoccupé par l'arrestation de plus de 40 acteurs de la société civile il y a quelques jours. « L'espace politique pour la société civile est un prérequis à des élections crédibles », a-t-il estimé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle les pays de la région des Grands Lacs à s'unir contre les FDLR

Les pays de la région des Grands Lacs doivent unir leurs efforts pour neutraliser les forces déstabilisatrices dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) et soutenir les opérations militaires contre les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), a déclaré jeudi un haut responsable de l'ONU.